•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le sous-variant BA.2 présent au Yukon et aux Territoires du Nord-Ouest

Chargement de l’image

Le sous-variant d'Omicron BA.2 a atteint les territoires du Grand Nord.

Photo : iStock

Radio-Canada

Les autorités sanitaires du Yukon et celles des Territoires du Nord-Ouest (T.N.-O.) ont confirmé que le sous-variant BA.2 de la souche Omicron du coronavirus a été recensé dans les territoires pour la première fois cette semaine.

Toutefois, aucun des deux territoires n’entend pour autant reculer sur les assouplissements sanitaires déjà mis en oeuvre.

Depuis vendredi au Yukon, le port du masque et la preuve vaccinale ne sont plus obligatoires dans les commerces et le nombre de participants dans les rassemblements n'est plus limité.

Les T.N.-O., pour leur part, ont éliminé leurs restrictions sur les rassemblements et la preuve vaccinale à la frontière pour les voyageurs le 1er mars dernier.

La médecin hygiéniste en chef par intérim du Yukon, Catherine Elliott, souligne que le sous-variant BA.2 est plus contagieux que le BA.1, qui était la souche la plus courante lors de la dernière vague.

Elle souligne cependant que les vaccins demeurent efficaces pour le combattre. Une infection préalable au BA.1, affirme la docteure, permet également d’être mieux immunisé au BA.2.

Chargement de l’image

La médecin hygiéniste en chef par intérim du Yukon, Catherine Elliott, lors de la conférence de presse régulière du mercredi 16 mars.

Photo : gouvernement du Yukon/Andrew Strain

Les mêmes mesures [de prévention] fonctionnent, mais nous devons les exécuter de meilleure façon, particulièrement chez ceux qui sont à risque, fait remarquer Dre Elliott, qui recommande toujours le port du masque.

La médecin hygiéniste en chef des T.N.-O., Kami Kandola, abonde en ce sens, suggérant aux Ténois de garder leurs rassemblements à l’extérieur et de rester à la maison quand ils présentent des symptômes.

Chargement de l’image

Kami Kandola est la médecin hygiéniste en chef des Territoires du Nord-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

« Avec une transmission accrue, les T.N.-O. doivent s’attendre à une diminution lente du nombre de cas ou une augmentation du nombre de cas confirmés d’infections de COVID-19 au cours des prochaines semaines.  »

— Une citation de  Kami Kandola, médecin hygiéniste en chef des T.N.-O.

Les autorités des T.N.-O. ont remarqué une présence importante du virus causant la COVID-19 dans les analyses d’eaux usées de la petite ville d’Inuvik.

Avec les informations d'Elyn Jones

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !