•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le discours optimiste de Rio Tinto suscite l’espoir du milieu almatois

Des billettes dans l'usine.

Alma veut accueillir une usine de billettes d'aluminium.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Radio-Canada

Le discours optimiste tenu par des représentants de Rio Tinto devant des élus et gens d’affaires en a fait rêver plus d'un mercredi midi à l'Hôtel Universel d'Alma.

Invitée par la Chambre de commerce et d'industrie Lac-Saint-Jean-Est pour faire le point sur ses projets, la multinationale a fait état d'un marché favorable et de possibilités dans le secteur de la production de biens comme les voitures électriques et les équipements produisant de l'énergie renouvelable.

Pour le milieu almatois, qui souhaite voir le projet d'usine de billettes de Rio Tinto se concrétiser, l’espoir renaît.

De surcroît, le directeur de l’usine d’Alma, Patrice Bergeron, a dressé un bilan positif de la construction de l'unité de démonstration industrielle de la technologie Elysis, devant produire un aluminium plus vert.

Ce qu’on avait annoncé, c’est qu’on voulait démontrer la technologie en 2023. On est toujours dans l’échéancier qu’on avait annoncé, a résumé le directeur.

Président du Syndicat des travailleurs de l'aluminium d'Alma, affilié aux Métallos, Sylvain Maltais considère que le changement de ton de l’employeur quant aux perspectives est encourageant. Le leader syndical demande à l'entreprise de remettre son projet d'usine de billettes en marche.

On s’entend qu’Elysis, avant qu’on voie ça à l’usine d’Alma, ça va prendre plusieurs années. Je pense qu’à très court terme, il y a des besoins d’un centre de coulée supplémentaire dans la région. Je pense que l’usine d’Alma est très bien positionnée. C’est l'usine parfaite pour ça, a-t-il mis en relief.

La mairesse Sylvie Beaumont en appelle à des investissements dans sa ville par Rio Tinto.

Je souhaite que cette usine de billettes s’en vienne chez nous parce que, comme je l’ai dit auparavant, tout est en place. Le marché est extrêmement positif, prêt à accueillir ça. Il y a une paix sociale à l’intérieur de l’usine. On a l’expertise en place, a souligné la première magistrate de la ville de l’hospitalité.

Rio Tinto n'a cependant pas voulu s'avancer dans ce dossier.

D'après le reportage de Mélissa Paradis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !