•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au Nunavut, publication d’un rapport sur un écrasement d’hélicoptère mortel

Chargement de l’image

L'écrasement d'hélicoptère mortel de septembre dernier s'est déroulé près de la mine de Hope Bay, au Nunavut.

Photo : Avec la permission d'Alex Buchan \ TMAC

Radio-Canada

Selon une enquête du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST), l’écrasement d'hélicoptère survenu en septembre 2021 près de Hope Bay, au Nunavut, est dû à un « basculement dynamique » effectué par l’appareil.

L'accident d'hélicoptère mortel sur un site de forage près de la mine d'or de Hope Bay, en septembre dernier, s'est produit après que le pilote eut lâché les commandes de vol et se fut penché pour vérifier la queue de l’appareil, selon une enquête.

L’accident s'est produit le 14 septembre sur un site de forage d’exploration proche de la mine d’or de Hope Bay, à environ 125 kilomètres au sud-ouest de Cambridge Bay. Un foreur de 42 ans originaire d'Alberta a perdu la vie à la suite de l’écrasement. Le pilote, de son côté, n’a pas été blessé.

Mercredi, le BST a publié son rapport final (Nouvelle fenêtre) sur cet incident. Le document ne fait aucune recommandation ni ne porte la faute sur quelqu’un en particulier. Il se contente de présenter les faits afin de prévenir de futurs problèmes de sécurité.

Selon l’enquêteur chargé du dossier, Ray McNabb, l’hélicoptère a effectué un basculement dynamique qui a entraîné son écrasement le 14 septembre.

Le basculement dynamique se produit lorsque le moment angulaire fait rouler ou pivoter un hélicoptère autour d’un patin ou d’un train d’atterrissage, plutôt que de son centre de gravité, jusqu’à ce que son angle de basculement critique soit atteint, dit le rapport.

Toujours selon l’enquête, il suffit d’un angle moyen de 15 degrés à 17 degrés pour que le basculement devienne impossible à arrêter.

Le jour du drame, l’appareil effectuait des allers-retours pour transporter des employés et de l’équipement dans la zone de la mine.

Alors que le poids et l'équilibre de l’appareil étaient en ordre, une nacelle de chargement se trouvait sur le côté droit de l'appareil (dans le sens du basculement). Il y avait également un vent venant de la gauche.

Chargement de l’image

L'écrasement d'hélicoptère s'est produit sur un terrain « mou et inégal », selon le rapport du BST. Des débris ont été projetés sur 21 mètres.

Photo : Gendarmerie royale du Canada

Lorsque le pilote a tenté de se poser, il a remarqué que le foreur positionné face à lui était accroupi et qu’il regardait la queue de l’hélicoptère, ce qui a attiré son attention et lui a fait craindre que la queue ne touche le sol en pente.

Le pilote s’est alors posé sur les patins de l’appareil, puis a lâché d’une main le levier de pas collectif, a ouvert la porte du côté droit et a tourné la tête pour regarder la queue. C’est à ce moment-là que l’hélicoptère a commencé à basculer sur le côté droit.

Malgré les tentatives du pilote pour essayer de rééquilibrer son appareil, les pales du rotor principal sont entrées en contact avec le sol et se sont brisées. Des débris, qui ont été projetés jusqu’à 21 mètres, ont touché le foreur, qui a été mortellement blessé.

Le rapport présente, en guise de conclusion, un message de sécurité : Cet événement mortel souligne à quel point il est important pour les pilotes d’hélicoptère de faire attention aux commandes de vol lorsque l’hélicoptère est au sol ou qu’il repose légèrement sur les patins afin d’éviter le plus possible les conditions pouvant entraîner un basculement dynamique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !