•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Manitobains craignent une recrudescence de cas et une 6e vague de COVID-19

Des gens à La Fourche à Winnipeg commandent de la nourriture.

Depuis le 15 mars, le port du masque n'est plus obligatoire dans les lieux publics au Manitoba.

Photo : Radio-Canada / Amine Ellatify

Radio-Canada

Depuis le 15 mars, le masque n’est plus obligatoire dans les lieux publics au Manitoba. Certains continuent de le porter, d'autres l'abandonnent avec joie.

Je n’en peux plus des restrictions sanitaires et de la COVID-19. Je suis prêt à passer à autre chose et à vivre avec le virus, affirme Jim Horsfall, rencontré à Winnipeg.

Pour sa part, Angela Harper dit qu'elle a plusieurs connaissances qui ont eu la COVID-19 et elles n’ont pas été si malades.

À l’opposé, Liliane Jègues se dit préoccupée pour les personnes vulnérables qui ont besoin de plus de soins.

Bien qu'elle porte le masque et qu'elle se désinfecte régulièrement les mains lorsqu'elle va à l'épicerie, Brenlee Sanford trouve épeurant que des clients qui ont la COVID-19 puissent magasiner sans contraintes.

Liliane Jègues dans le stationnement d'une épicerie.

Liliane Jègues dit s'inquiéter pour les personnes vulnérables alors que les ordonnances sanitaires ont été éliminées au Manitoba.

Photo : Radio-Canada

COVID-19 : tout sur la pandémie

Consulter le dossier complet

Une représentation du coronavirus.

La COVID-19 circule toujours

Le professeur titulaire du département de microbiologie de l’Université du Manitoba Richard Sparling fait partie des experts en santé qui redoutent l’arrivée d’une 6e vague de COVID-19 au Manitoba, en partie en raison des allègements des restrictions sanitaires.

Richard Sparling est également préoccupé par la propagation rapide du sous-variant d'Omicron BA.2.

C’est vraiment possible que, dans 3 ou 4 mois, on soit de retour à des hospitalisations de 700 ou 800 patients au Manitoba et que les soins intensifs débordent. C’est tout à fait plausible, affirme M. Sparling.

Le 15 février, au moment de la tombée des premières restrictions sanitaires, le Manitoba comptait 614 hospitalisations, dont 38 aux soins intensifs.

Mercredi, il y avait 192 hospitalisations en raison du virus, dont 17 aux soins intensifs.

Sans toutefois conseiller à la province de réinstaurer le port du masque, Richard Sparling aimerait qu’elle fasse preuve de constance dans ses consignes de santé publique.

Ne pas stigmatiser le masque, c'est une bonne idée. Pour ce qui est de l’obligation de port de masque, je préfère qu’on maintienne une certaine bonne habitude, plutôt qu'il y ait un effet de yoyo, fait-il valoir.

Par courriel, la province affirme qu’elle suit la situation sanitaire de près, autant au Manitoba qu’ailleurs au Canada et dans le monde. Le Manitoba fera de nouvelles recommandations si un changement l’exige.

Avec les informations d'Alexia Bille et Anne-Charlotte Carignan

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Manitoba

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Manitoba.