•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CIUSSS MCQ se prépare à une 6e vague

Deux infirmières portant des masques et visières.

L'administration de la quatrième dose devrait commencer dans les prochaines semaines.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

Devant la recrudescence des cas de COVID-19 et la demande du gouvernement du Québec, la santé publique régionale se prépare à faire face à une sixième vague et à administrer une quatrième dose de vaccin aux personnes plus vulnérables.

La directrice régionale de la santé publique, Dre Marie-Josée Godi, affirme que la tendance dans la région est semblable à l’ensemble du Québec.

Depuis les deux dernières semaines, nous observons une légère hausse. Ça se traduit par une hausse pour tous les groupes d’âge, a-t-elle expliqué au micro de Barbara Leroux mercredi.

Le réseau note également une augmentation des consultations à l’urgence pour les cas de COVID-19 confirmés ou suspectés, mais une stabilisation du niveau d’hospitalisation.

« Ce qui veut dire qu’en ce moment, la hausse ne se traduit pas par plus d’hospitalisations et on n’a pas de personnes hospitalisées aux soins intensifs. »

— Une citation de  Marie-Josée Godi, directrice régionale de la santé publique

Du côté du personnel de la santé, la pression commence à se faire sentir alors que de plus en plus de travailleurs sont infectés. Depuis les deux dernières semaines, une centaine d'employés ont été placés en isolement.

Pour ce qui est de l’administration d’une quatrième dose, la directrice régionale de la santé publique assure que les équipes de vaccination seront prêtes à commencer dès les prochaines semaines.

Les résidents des CHLSD, des résidences privées pour aînées (RPA), des ressources intermédiaires ainsi que les personnes de 80 ans et plus vivant dans la communauté seront donc bientôt appelés à prendre rendez-vous.

Préoccupations dans les RPA

La situation suscite de l’inquiétude chez ceux qui travaillent avec les personnes plus vulnérables.

Le porte-parole de la Table des résidences pour aînés de la Mauricie, Richard Maziade, espère que les autorités n’opteront pas pour un retour à des mesures draconiennes dans les milieux de vie.

« Je pense qu’il faut se préparer. Il faut éviter les erreurs du passé. »

— Une citation de  Richard Maziade, porte-parole de la Table des résidences pour aînés de la Mauricie

Il prévient que les personnes âgées ont vécu beaucoup de détresse dans les deux dernières années, principalement en raison de l’isolement auquel elles ont été confrontées.

Ce n’est pas la vague qui fait peur, c’est vraiment le confirment. On ne peut plus demander aux personnes âgées d’être confinées par précautions dans leur appartement. Ça cause toutes sortes de problèmes et ça ils ne veulent plus que ça arrive, et si ça arrive c’est sûr qu’il va y avoir des objections majeurs des familles et des personnes âgées, prévient-il.

En entrevue mercredi, Dre Marie-Josée Godi affirmait qu’il n’est pour l’instant pas dans les plans de resserrer les mesures dans les milieux de vie pour aînés, et ce, malgré plusieurs éclosions dans la région.

Pour l’ensemble de la région, je dirais que la situation est pas mal stable. J’ai même vu une diminution pour les deux dernières semaines, explique-t-elle.

Elle précise d’ailleurs que les éclosions en cours en Mauricie et au Centre-du-Québec sont toutes sous contrôle.

Avec les informations d'Amélie Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !