•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Anatoli Tchoubaïs, conseiller de Poutine, a quitté la Russie

Portrait serré de M. Tchoubaïs

Anatoli Tchoubaïs, lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, en 2021 (archives).

Photo : Reuters / EVGENIA NOVOZHENINA

Reuters

Anatoli Tchoubaïs, grand artisan de la libéralisation de l'économie russe après l'effondrement de l'Union soviétique en 1991, a abandonné son poste de représentant spécial de Vladimir Poutine auprès des organisations internationales et a quitté la Russie, a déclaré une source proche du dossier.

Il avait été nommé à ce poste en 2020, avec pour mission d'atteindre des objectifs de développement durable, quelques jours après avoir démissionné de son poste à la tête du groupe spécialisé dans les nanotechnologies Rusnano, qu'il dirigeait depuis 2008.

La source interrogée par Reuters, qui a requis l'anonymat, a dit qu'Anatoli Tchoubaïs avait décidé de quitter la Russie en raison de l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe.

Peu de temps après le début de l'invasion, le 24 février, Tchoubaïs avait publié une photo de Boris Nemtsov, l'un des principaux détracteurs du président Vladimir Poutine jusqu'à son assassinat près du Kremlin en 2015. La photo, publiée sans légende, a été considérée comme un symbole de désaccord de Tchoubaïs concernant la gestion du Kremlin.

Contacté au téléphone par un journaliste de Reuters, Tchoubaïs a coupé court à la conversation.

Réformiste controversé

De nombreux Russes reprochent à Anatoli Tchoubaïs, ancien ministre des Finances et responsable de l'administration présidentielle sous la présidence de Boris Eltsine, d'avoir permis à un petit groupe d'hommes d'affaires de s'enrichir lors de la vague des privatisations des années 1990 tout en laissant des millions de Russes dans la pauvreté.

Mais pour ses partisans, Tchoubaïs était un héros qui s'est battu pour l'établissement d'un marché en Russie et qui a empêché le pays de basculer dans une guerre civile.

Lors de la crise de 1998, Eltsine a dit à Tchoubaïs d'accepter des prêts du Fonds monétaire international. Puis il a été nommé à la tête du monopole public de l'électricité.

Ces dernières années, il continuait à préconiser des réformes et représentait l'un des principaux promoteurs du libéralisme économique au sein du gouvernement russe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !