•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget : le milieu communautaire insatisfait et peu de mesures pour le logement

Des personnes sont assises dans une salle et écoutent le ministre des Finances.

Des représentants de groupes communautaires se sont rassemblés pour écouter la présentation du budget provincial.

Photo : Radio-Canada / Andréanne Larouche

Le budget présenté par le ministre des Finances Éric Girard, mardi à Québec, suscite peu d’enthousiasme dans le milieu communautaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean, alors que les milieux économique et municipal auraient souhaité davantage de soutien pour faire face à la pénurie de main-d'œuvre et de logements.

La directrice du Service budgétaire et communautaire de Chicoutimi, Julie Bilodeau, est peu impressionnée parle montant de 500 $ qui sera remis aux adultes qui ont eu un revenu net de moins 100 000 $ en 2021. 

Dans le fond, ça représente environ 10 $ par semaine, calcule Julie Bilodeau. Quand on sait que les hausses de l’épicerie pour une famille peuvent représenter 1000 $ dans une année, l’essence 500 $, plus une hausse d’Hydro qui va perdurer dans le temps, ce qui n’est pas le cas de ce chèque-là, c’est sûr que c’est inquiétant et ça fait beaucoup pour les ménages à absorber le résiduel de ces montants-là.

Le financement des organismes communautaires, rehaussé de 149 millions de dollars, est accueilli froidement par le coordonnateur du Lieu d'Actions et de Services Travaillant dans l'Unité avec les Sans emplois (L.A.S.T.U.S.E.) du Saguenay, Sylvain Bergeron. Il n’y a absolument rien eu pour eux dans les dernières années de pandémie. Il n’y a rien pour les aider. Ces personnes-là devaient se payer des masques, mais n’avaient pas les moyens de se les payer , donne-t-il en exemple. 

Pas de mesures spécifiques, selon Sylvain Gaudreault

Sylvain Gaudreault critique le budget dans un couloir de l'Assemblée nationale.

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault

Photo : Radio-Canada

Le député du Parti québécois dans Jonquière, Sylvain Gaudreault, soutient que le gouvernement Legault a présenté un budget électoraliste. Il déplore que le ministre des Finances ne présente aucune nouvelle mesure spécifique pour la stratégie de l'aluminium, la diversification économique, la transition juste et verte pour les travailleurs du secteur industriel ou le transport collectif.

Je constate que le Saguenay-Lac-Saint-Jean est comme un joueur comme les autres, affirme le député de Jonquière. On ne tient pas compte du caractère spécial en matière d’aluminium, de transition juste et on ne tient pas compte non plus de l’importance de la diversification économique de notre région qui est très dépendante d’une grande industrie. Il faut casser ça et il n’y a pas de volonté, ce n’est pas ça qu’on sent dans les budgets de la CAQ.  

Aide attendue pour le logement et la main-d’oeuvre

Si elle se réjouit des mesures pour faciliter l’accès au transport aérien en région, pour la relance économique et pour le développement de la filière batterie, la directrice de la Chambre de commerce et d'industrie Saguenay-Le Fjord, Sandra Rossignol, déplore toutefois qu'il n'y ait pas de sommes prévues pour la construction de nouveaux logements dans un contexte de pénurie de la main-d'œuvre. 

On a un problème de logement dans notre région comme dans plusieurs régions du Québec, mais on a hâte de creuser un peu plus parce que pour les personnes immigrantes, l’habitation c’est important et il ne semble rien y avoir de côté-là , insiste-t-elle. 

Afin d’aider les entreprises qu’elle représente, la directrice de la Chambre de commerce et d'industrie Saguenay-Le Fjord invite la population à dépenser dans la région le chèque de 500 $ par adulte qui sera remis par Québec.  

Sylvie Beaumont en entrevue dans son bureau.

La mairesse d'Alma, Sylvie Beaumont

Photo : Radio-Canada

La mairesse d'Alma, Sylvie Beaumont, avait de grandes attentes envers le budget du gouvernement Legault. Elle est satisfaite des sommes annoncées pour les logements abordables et pour le partage d'infrastructures sportives avec les centres de service scolaires.  

Cependant, elle reste aussi sur son appétit par rapport aux mesures pour favoriser la construction de logements conventionnels. Ce que j’aurais voulu voir, c’est des programmes pour permettre à nos entrepreneurs de pouvoir rapidement agir pour la construction de nouveaux logements pour favoriser, si on veut, le retour, ou accentuer la possibilité d’une nouvelle main-d’œuvre qui vient s’installer chez nous , a-t-elle exprimé.

Sylvie Beaumont a porté une attention particulière aux mesures pour le transport aérien régional. Elle espère que le projet de coopérative aérienne Air du Lac, mis en place avec Roberval, pourra s’inscrire dans l’aide du gouvernement.

La question du logement a également été soulevée par le candidat à l'investiture de Québec solidaire dans la circonscription de Chicoutimi. Dans son budget, François Legault a réussi à ignorer le plus grand poste de dépense des Québécoises et des Québécoises, le logement. Il n’y a rien pour soutenir les locataires ou les premiers acheteurs, en pleine crise du logement, souligne Adrien Guibert-Barthez dans un communiqué. Et sans nouveaux logements, difficile d'accroître la population régionale, un enjeu fondamental pour la pérennité du Saguenay.

De l’argent pour la santé

Le ministre des Finances a prévu une augmentation de 6,3 % du budget de la santé, qui atteindra 8,9 milliards de dollars. Si le gouvernement Legault promet d'investir dans les services à domicile, rien n'indique qu'il injectera les sommes requises pour rouvrir les points de services des CLSC fermés pendant la pandémie et guérir les blessures laissées au réseau au cours des deux dernières années. 

Ça dépend de comment seront investis ces montants-là, croit la présidente du Syndicat des professionnelles en soins du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Julie Boivin. C'est bien beau d'investir dans des infrastructures, mais ce que la pandémie nous a fait voir, ce sont les humains. C'est tout ce qui est ressources humaines. Il y a vraiment des difficultés à aller chercher de la main d'œuvre. Il faudra être attractif et rétentifs, donc tout est dans qu'est-ce qu'on fera avec ces montants.

Avec les informations de Gilles Munger et Andréanne Larouche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !