•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget du Québec : la Côte-Nord deviendra-t-elle un pôle de transition énergétique?

Une main tient un tuyau.

Des biocarburants produits sur la Côte-Nord pourraient remplacer le mazout dans certaines industries (archives).

Photo : getty images/istockphoto / Henfaes

Créer un pôle d’innovation en énergie verte sur la Côte-Nord, c’est ce que souhaitent bon nombre d’élus de la région et le dernier budget du gouvernement Legault pourrait permettre des développements en ce sens.

Pour ce faire, 100 millions de dollars seront investis au cours des quatre prochaines années pour soutenir la construction d’infrastructures de production et de distribution de bioénergie et d’hydrogène vert.

De plus, 52,4 millions de dollars seront consacrés en crédits d’impôts pour la production de biocarburants.

Ces sommes pourraient potentiellement permettre de relancer le projet de Bioénergie AE à Port-Cartier.

L'entreprise, dont les activités sont pour l'instant suspendues, serait en mesure de produire jusqu’à 4 millions de litres par année d’huile pyrolytique. Cette huile sert entre autres à remplacer le mazout lourd et pourrait être utilisée par ArcelorMittal à son usine de bouletage.

Le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, indique être comblé par cette annonce.

Le maire se réjouit notamment de pouvoir compter sur l'aide du gouvernement provincial pour aider l'industrie forestière à développer des produits dérivés du bois qui serviront à accélérer la transition énergétique et à réduire la dépendance aux énergies fossiles.

Le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny.

Le maire de Baie-Comeau se réjouit d'un budget qu'il juge «excellent» (archives).

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

L'intervention du gouvernement va vraiment stimuler les projets, notamment dans les biocarburants qui peuvent remplacer le pétrole, lance-t-il.

« Il faut enfin se lancer dans la transition énergétique et on voit justement cette volonté claire dans le nouveau budget.  »

— Une citation de  Yves Montigny, maire de Baie-Comeau

Le maire de Port-Cartier, Alain Thibault, espère que les montants investis par Québec pourront souffler un nouveau vent d'espoir pour la relance du projet de BioÉnergie AE Côte-Nord. L'entreprise port-cartoise prévoit transformer des produits forestiers fournis par des entreprises de la Côte-Nord.

BioÉnergie AE Côte-Nord estime être en mesure de produire jusqu'à 40 millions de litres d'huile pyrolytique par année. L'ouverture de l’usine permettrait notamment de remplacer le mazout lourd utilisé par l'usine de bouletage d'ArcelorMittal, aussi à Port-Cartier.

Le député péquiste représentant la circonscription de Manicouagan, Martin Ouellet, espère pour sa part que la Côte-Nord pourra simplement toucher une partie des montants prévus pour augmenter la production de bioénergies au Québec.

Je donne la chance au coureur, mais il faudra voir comment seront répartis les montants, indique-t-il, faisant preuve d’optimisme mesuré.

C’est pas tant la hauteur des moyens, mais quels projets seront sélectionnés, dit-il. Port-Cartier a son projet qu’on connaît et qui présente bien son potentiel et Baie-Comeau développe le sien. Donc j’espère qu’il y en aura pour tous et qu’il y aura une certaine adaptabilité quant aux réalités territoriales qui diffèrent.

Martin Ouellet regarde au loin, l'air d'écouter quelqu'un qui parle hors-champ.

Martin Ouellet, leader parlementaire du Parti québécois et député de Manicouagan, espère voir des montants être distribués sur la Côte-Nord (archives).

Photo : gracieuseté Assemblée nationale

Le gouvernement annoncera prochainement sa stratégie sur l’hydrogène vert et les bioénergies, a précisé le ministre des Finances, Éric Girard, lors du dépôt de son budget. On ignore donc pour l'instant le réel rôle que les industries de la Côte-Nord pourraient y jouer.

Québec confirme toutefois que son intention est d’augmenter la production de bioénergies de 50 % et de diminuer la consommation de produits pétroliers de 40 % d’ici 2030.

Les investissements se poursuivent sur la 138

Québec confirme par ailleurs le financement de plusieurs tronçons de la route 138. Les investissements doubleront notamment pour le secteur situé entre Tête-à-la-Baleine et La Tabatière, pour lequel 9 millions de dollars sont prévus en 2022-2023.

Pour le tronçon Kegaska–La Romaine, où 30,8 millions de dollars ont déjà été investis, 50 millions de dollars serviront à réaliser les travaux cette année.

Soutenir les communautés autochtones

Finalement, signe que le gouvernement s’intéresse de plus en plus aux Premières Nations, le mot autochtone apparaît à 61 reprises dans les documents budgétaires déposés par le ministre des Finances.

Des mesures pour améliorer les interventions des policiers auprès des clientèles autochtones, pour bonifier les services de santé et de services sociaux et pour favoriser la réussite des étudiants autochtones sont notamment prévus.

Autres mesures prévues dans le budget Girard :

  • 4,4 M$ sur 5 ans pour soutenir la candidature de l’île d’Anticosti au patrimoine mondial de l’UNESCO;
  • 3,5 M$ en 2022-2023 pour soutenir la récolte de la forêt publique affectée par la tordeuse des bourgeons de l’épinette;
  • 234 M$ sur 5 ans pour rendre les voyages par avion plus accessibles et moins coûteux dans les régions;
  • 5 M$ sur 5 ans pour indemniser les producteurs agricoles pour les dommages causés par le passage devéhicules hors-route;
  • 250 M$ sur 5 ans pour la relance de l’industrie touristique et la modernisation des infrastructures;
  • Bonification du crédit d’impôt à l’investissement et à l’innovation pour les MRC à faible indice de vitalité économique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !