•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Trudeau obtient le soutien du NPD jusqu’en 2025

Justin Trudeau en conférence de presse.

Justin Trudeau a été élu à la tête d'un gouvernement minoritaire en septembre dernier.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Le premier ministre Justin Trudeau confirme qu'une entente est intervenue entre le Parti libéral du Canada (PLC) et le Nouveau Parti démocratique (NPD) afin de permettre à son gouvernement de se maintenir au pouvoir jusqu'en 2025, soit jusqu'à la fin de son mandat.

Cette entente, dont CBC et Radio-Canada avaient appris l'existence lundi, est en vigueur dès aujourd'hui, a fait savoir le premier ministre lors d'un point de presse mardi matin.

Il a invoqué l'incertitude liée à la pandémie de COVID-19, l'inflation et la guerre en Ukraine, entre autres, pour justifier cette entente de soutien et de confiance entre les deux partis.

« Ce que cela signifie, c'est qu'en ces temps incertains, le gouvernement pourra fonctionner avec prévisibilité et stabilité, présenter et exécuter des budgets et faire avancer les choses. »

— Une citation de  Justin Trudeau, premier ministre du Canada

J'y ai beaucoup réfléchi, et ça n'a pas été une décision facile, a indiqué M. Trudeau, qui a été élu à la tête d'un gouvernement minoritaire en septembre dernier.

Je veux être clair : cette entente ne va pas remettre en cause les valeurs fondamentales de chacun de nos partis. On va continuer à débattre sainement et à être en désaccord sur certains points, tout comme on va continuer de travailler avec les autres partis à la Chambre des communes, a-t-il fait savoir.

Il a précisé que ses troupes avaient identifié, avec celles du NPD, les politiques sur lesquelles leurs objectifs sont semblables : l'amélioration de l'accès aux soins de santé, le lancement d'un régime universel d'assurance médicaments, la création d'un régime de soins dentaires pour les Canadiens à faibles revenus et la mise en place de mesures pour rendre le logement plus abordable.

Les oppositions conservatrice et bloquiste ont dénoncé avec force l'entente qui permettra au gouvernement Trudeau de se maintenir au pouvoir jusqu'en 2025. En échange de l'appui du NPD, les libéraux s'engagent à faire avancer certaines de leurs priorités. Une dose de stabilité donc pour ce gouvernement minoritaire, mais aussi un pari risqué. Reportage de Laurence Martin.

L'accord qui intervient entre le NPD et le PLC n'est pas une coalition, ce qui signifie que l'équipe de Jagmeet Singh n'obtiendra pas ses entrées au gouvernement et ne dirigera aucun ministère. Mais les régimes de soins dentaires et d'assurance médicaments sont des priorités législatives pour le NPD, qui pourra donc faire avancer ces dossiers en échange de son appui lors des votes de confiance, y compris ceux concernant les prochains budgets.

Ce sont tous des éléments qui étaient au cœur de la plateforme libérale qui nous a ramenés au gouvernement, c'est donc une continuité de notre plateforme, s'est justifié Justin Trudeau, évoquant la réconciliation avec les peuples autochtones et la lutte contre les changements climatiques comme des priorités communes.

Notons que la création d'un régime de soins dentaires et celle d'un régime d'assurance médicaments ne figuraient toutefois pas dans la plateforme libérale lors des élections à l'automne dernier.

On garde le pouvoir de s'opposer, assure Singh

En conférence de presse mardi, le chef néo-démocrate s'est défendu de donner un passe-droit aux libéraux de Justin Trudeau avec cette entente.

Jagmeet Singh écoute une question en conférence de presse.

Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

« Ce n'est pas du tout une carte blanche. On va continuer d'être un parti d'opposition. On garde le pouvoir de s'opposer au gouvernement, de voter contre les projets de loi et on est prêts à utiliser ce pouvoir. »

— Une citation de  Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique

En somme, le chef néo-démocrate affirme avoir usé de son pouvoir pour s'assurer que les Canadiens puissent avoir accès à des soins dentaires et aux médicaments dont ils ont besoin. En ces temps difficiles, les gens me disent qu'ils ont besoin d'aide maintenant, a-t-il souligné.

Aussi, on a des outils pour s'assurer que le gouvernement fait ce qu'il a promis de faire, a indiqué M. Singh, se référant au document de l'entente rendu public. On a cet outil pour garantir les résultats et ça nous donne aussi des options pour retirer notre appui.

Le document en question précise que le programme de soins dentaires promis s'amorcera en 2022 pour les enfants de moins de 12 ans. L'année suivante, il doit s'étendre aux moins de 18 ans, aux personnes âgées et aux personnes vivant avec un handicap. La mise en oeuvre complète est prévue pour 2025.

Les familles dont le revenu annuel est inférieur à 90 000 $ seront admissibles à ce programme et toute personne dont le revenu annuel est inférieur à 70 000 $ ne paiera pas de contribution.

Quant à l'assurance-médicaments, les modalités de l'entente stipulent qu'une loi sera adoptée d'ici la fin de 2023.

Une motion néo-démocrate défaite faute d’appui

Le jour de l’annonce de l’entente entre les NPD et les libéraux garantissant le soutien des néo-démocrates au gouvernement Trudeau, les 159 libéraux se sont tous abstenus de voter sur la motion du Nouveau Parti démocratique (NPD) demandant qu'Ottawa impose une surtaxe sur les profits excessifs des magasins à grande surface, y compris les épiceries, des pétrolières et des banques.

La motion a été défaite, n'ayant reçu l'appui que des députés néo-démocrates, bloquistes et verts, mais d'aucun député conservateur.

Selon les résultats préliminaires de la Chambre des communes, 60 députés ont voté pour la motion et 114 contre.

Les néo-démocrates avaient profité lundi de leur journée de l'opposition pour proposer que le prochain budget fédéral soumette certaines entreprises qui exploitent les gens à une surtaxe de 3 % sur leurs profits dépassant le milliard de dollars.

La surtaxe aurait été utilisée pour aider ceux qui peinent le plus à joindre les deux bouts en envoyant directement un chèque aux familles ou en investissant dans des programmes qui diminueraient le coût pour les familles, avait expliqué le chef du NPD, Jagmeet Singh.

Lors de la campagne électorale de l'automne dernier, les libéraux avaient promis de taxer davantage les banques et les compagnies d'assurances, suscitant les foudres du secteur financier du pays.

C'est une alliance qui devrait permettre au gouvernement minoritaire de Justin Trudeau de rester en place à Ottawa jusqu'en 2025. En échange de l’appui des néo-démocrates, les libéraux s’engagent à mettre de l'avant certaines priorités du NPD, comme un programme d'assurance dentaire. Reportage de Laurence Martin.

Trudeau s'arroge le pouvoir, dénoncent les conservateurs

Au Parti conservateur, on estime que les Canadiens se sont réveillés mardi matin avec l'équivalent d'un nouveau gouvernement au pouvoir.

Cet accord, conclu derrière des portes closes tard hier soir, signifie essentiellement que les Canadiens se réveillent avec une majorité libérale-néo-démocrate au pouvoir, a dénoncé Candice Bergen, cheffe intérimaire des conservateurs.

Soyons clairs : ce n'est rien de plus que Justin Trudeau qui s'arroge le pouvoir. Il s'accroche désespérément. Son objectif numéro un, comme nous l'avons vu au cours des six dernières années, est toujours de faire ce qui est le mieux pour lui, et non ce qui est le mieux pour les Canadiens.

Selon Mme Bergen, c'est maintenant le NPD qui dirige le Canada, et l'objectif de ce parti, c'est la destruction de l'industrie pétrolière et gazière du pays. Et maintenant, nous le savons plus que jamais, c'est une manière de soutenir Vladimir Poutine, a soutenu Mme Bergen.

Candice Bergen parle en conférence de presse.

Candice Bergen, cheffe intérimaire du Parti conservateur

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

« Je suis sûre que cette entente cause beaucoup de désespoir dans l'Ouest en ce moment. »

— Une citation de  Candice Bergen, cheffe intérimaire du Parti conservateur du Canada

La cheffe conservatrice craint également que l'entente entre les libéraux et les néo-démocrates ne coûte cher aux contribuables canadiens, dans un contexte où le gouvernement a déjà accru ses dépenses depuis deux ans en raison de la pandémie.

Cette entente signifie aussi 214 milliards en nouvelles dépenses, et c'est seulement celles dont nous connaissons l'existence, a évalué Mme Bergen. C'est vraiment une mauvaise journée pour les Canadiens.

Le NPD avoue sa propre inutilité

Le chef du Bloc québécois s'est montré peu convaincu par les explications de Justin Trudeau et de Jagmeet Singh pour justifier la conclusion de leur entente de soutien. S'il reconnaît que l'incertitude règne depuis deux ans, cela ne justifie pas de suspendre la démocratie, selon Yves-François Blanchet.

« Le NPD confirme ce qu’il fait déjà depuis plus de deux ans, c'est-à-dire voter sur commande selon la volonté des libéraux, sans même un siège au Conseil des ministres […] sans même un veto sur ce que contiendra le budget. »

— Une citation de  Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Si l’entente durait jusqu’en 2025, je ne sais pas ce qui resterait du NPD en 2025, qui se serait fondu dans le grand ensemble libéral, a mis en garde M. Blanchet, ajoutant qu'elle ne devrait toutefois pas durer. Je pense que c’est d’une extraordinaire naïveté de la part de M. Singh et du NPD.

Ça va nous faire déployer toute une série de mesures centralisatrices, à l’encontre de la juridiction du Québec et des provinces, a tout de même dénoncé le chef bloquiste, qui déjà pendant les élections, s'opposait à la volonté des libéraux de s'immiscer dans la santé, une compétence provinciale.

Avec la collaboration de François Messier

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !