•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gestion du territoire des Nuchatlaht : début du procès à la Cour suprême de la C.-B.

Chargement de l’image

Des membres de la Première Nation Nuchatlaht et ceux qui les soutiennent se sont rassemblés devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique, avant l'ouverture du premier jour du procès lundi.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Le procès dans lequel la Première Nation Nuchatlaht réclame le retour de son titre ancestral devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique a débuté lundi à Vancouver. Des sympathisants se sont réunis devant le palais de justice dans la matinée pour montrer leur soutien à la Première Nation.

L’inscription Land back, qui réclame la restitution des terres aux peuples autochtones, était présente sur plusieurs pancartes et banderoles, près de la Cour suprême. Ce slogan était certainement dans tous les esprits.

La Première Nation Nuchatlaht réclame le retour de son titre ancestral sur son territoire, y compris sur l'île Nootka, située au nord-ouest de l’île de Vancouver. Elle espère pouvoir retrouver son droit de gestion sur une région qui a souffert pendant des décennies de mauvaise gestion environnementale, selon elle.

Avant l’ouverture du premier jour d’un procès aux enjeux importants pour toutes les Premières Nations de la province, plusieurs personnes ont pris la parole.

Parmi les intervenants, la vice-présidente du conseil tribal Nuu-Chah-Nulth, Mariah Charleston, a expliqué qu'elle tenait à être présente lors de ce procès d'envergure qui va changer beaucoup de choses.

« Cela va créer un précédent dans la façon dont les affaires sont traitées avec les autres Premières Nations de la Colombie-Britannique qui n’ont toujours pas cédé [leurs terres]. »

— Une citation de  Mariah Charleston, vice-présidente du conseil tribal Nuu-Chah-Nulth
Chargement de l’image

L'aîné nuchatlaht Archie Little, à droite, s'entretient avec l'avocat Jack Woodward à l'extérieur de la Cour suprême de la Colombie-Britannique.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Archie Little, un aîné Nuchatlaht, s’est dit fier d'être à la Cour suprême et a expliqué que ce procès vise à ouvrir la voie à d’autres Premières Nations.

Suivez-nous, a-t-il lancé. Nous allons gagner [...] et nous allons apporter des changements qui profitent à tout le monde.

« Les Nuchatlaht sont l'une des très rares Premières Nations qui se gouvernent encore par le système héréditaire. »

— Une citation de  Archie Little, aîné nuchatlaht

Au moins huit semaines de procès

Archie Little explique que la forêt sur leurs terres a déjà été décimée, mais que les Nuchatlaht pensent pouvoir gérer ce qui reste d’une meilleure manière.

Les jours où des personnes prennent de la richesse, mais laissent aux Premières Nations les problèmes de nettoyage sont révolus, assure-t-il.

Selon l’avocat des Nuchatlaht, Jack Woodward, ce procès doit servir à réparer une injustice historique [...], le péché originel sur lequel cette province a été basée, la prise illégale de terres autochtones .

« Je suis fier d'être Canadien, de vivre dans un pays où nous avons un tribunal qui a ce pouvoir, qui peut apporter ce changement. »

— Une citation de  Jack Woodward, avocat de la Première Nation Nuchatlaht

Jack Woodward qualifie les Nuchatlaht de courageux. Ils sont peu nombreux, certes, mais puissants, dit-il.

Le procès devrait durer environ huit semaines. Le gouvernement provincial, le gouvernement fédéral et l’entreprise forestière Western Forest Products sont les défendeurs dans cette affaire.

Avec des informations de Ken Leedham

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !