•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Métisse de Winnipeg outrée des méthodes de recrutement d’Autochtones à la CIBC

Christine Paquette est assise alors que derrière elle, il y a des plantes.

Christine Paquette dit avoir été choquée en remplissant un formulaire de la Banque CIBC qui cherche à recruter davantage d’Autochtones au sein de ses effectifs.

Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

Radio-Canada

À la recherche d’un deuxième emploi, la Winnipégoise Christine Paquette, qui a des origines métisses et ojibwées, a commencé à remplir une demande en ligne pour travailler à la Banque CIBC, qui cherche à recruter des Autochtones. Elle n’a jamais terminé le questionnaire, outrée par les questions trop personnelles du formulaire.

Ça allait à peu près comme suit : "Veuillez expliquer, par exemple, votre tradition ou votre histoire préférée". Je me suis dit que c’était une question un peu étrange. Comment une histoire traditionnelle va-t-elle m’aider à exceller comme banquière?, s’interroge-t-elle.

Malgré tout, elle a continué à répondre aux questions, mais s’est rapidement arrêtée.

La suite du questionnaire se lisait ainsi : Comment décririez-vous vos capacités de communication? Astuce : Pourquoi ne pas nous les montrer à la place?

Il encourageait ensuite les candidats autochtones à laisser transparaître leur personnalité dans une vidéo de présentation et à écrire une chanson, un poème, à s’habiller en costume traditionnel ou à faire appel à des danseurs.

Je me suis dit : OK, ça suffit. C’était comme si le questionnaire voulait prouver jusqu’à quel point j’ai des racines autochtones. C’est comme ça que je l’ai perçu, explique Christine Paquette.

Comme de nombreuses entreprises à travers le Canada, la CIBC fait valoir qu’elle prend des mesures pour que sa main-d’œuvre reflète les communautés où ses employés vivent et travaillent.

Les tenues traditionnelles sacrées

Christine Paquette explique que la question lui demandant de raconter son histoire autochtone préférée l’a rendue émotive.

Elle rappelle que sa grand-mère, qui a vécu dans les pensionnats pour Autochtones, a eu honte de son héritage. Elle ne l’a pas transmis à la mère de Christine, qui n’a pu le lui transmettre par la suite.

Demander aux Autochtones de raconter leur histoire ou leur partie préférée de leur culture, à laquelle ils n’ont même plus accès, c'est vraiment insensible, déplore Christine Paquette.

De plus, elle estime qu’il n’était pas approprié que la CIBC lui suggère de porter des vêtements traditionnels dans le cadre de la demande.

Photo d'un écran de cellulaire avec un message suggérant aux Autochtones de porter leur regalia dans le cadre de leur demande d'emploi à la Banque CIBC.

Une capture d'écran du formulaire de CIBC qui suggère aux Autochtones de porter leur costume traditionnel dans le cadre de leur demande d'emploi.

Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

Membre de la Première Nation Sheguiandah, Patricia Baxter siège au conseil d’administration d'Indigenous Works, un organisme sans but lucratif de Saskatoon qui promeut l’inclusion et l’engagement des Autochtones sur les lieux de travail canadiens. Elle ne voit pas l’utilité de cette question.

Ce que beaucoup de Canadiens ne comprennent pas, c’est que les tenues cérémonielles, ce ne sont pas seulement des habits traditionnels. C’est un privilège de porter ces vêtements et cela s'accompagne d'une responsabilité. C’est sacré et lié aux cérémonies, rappelle Mme Baxter.

La CIBC interpellée

Bouleversée par les questions, Christine Paquette a interpellé la CIBC sur ses réseaux sociaux.

La banque a répondu. Elle a déclaré qu’elle avait travaillé avec une organisation autochtone à but non lucratif, Our Children’s Medicine (OCM), et que les questions qui ont offensé Mme Paquette avaient été élaborées en consultation avec des dirigeants et des aînés de communautés autochtones.

L’objectif de ces questions est d’aider à éliminer les obstacles qui peuvent exister dans le cadre d’un processus traditionnel de demande d’emploi en mettant en évidence les compétences transférables et le potentiel, tout en donnant aux candidats autochtones la possibilité d'évoquer des situations qui sont importantes pour eux, écrit la CIBC dans un micromessage.

Nous encourageons les candidats à simplement indiquer qu'ils préfèrent ne pas répondre s’ils ne se sentent pas à l’aise avec certaines questions, ajoute la banque.

Après que Mme Paquette eut partagé ses réflexions sur les médias sociaux, la référence aux tenues cérémonielles a été retirée du formulaire.

CBC a contacté la banque pour en savoir plus sur le processus de réflexion qui a mené aux questions.

À la Banque CIBC, nous nous engageons à prendre des mesures pour que notre personnel reflète les communautés dans lesquelles nous vivons et travaillons et à éliminer les obstacles qui peuvent exister dans les processus traditionnels de demande d’emploi, écrit Trish Tervit, directrice des affaires publiques de la banque CIBC, dans un courriel.

Mme Tervit soutient que la relation entre la CIBC et l'OCM a permis de créer des liens avec les demandeurs d’emploi des Premières Nations, des Métis et des Inuit. La banque a embauché plus de 70 personnes autochtones dans le cadre de son programme de recrutement autochtone, précise-t-elle.

Ce que la CIBC ne dit pas, c’est que l'OCM a rédigé les questions.

Dans une déclaration, l’organisme confirme que les questions avaient été créées en consultation avec des aînés autochtones, des gardiens du savoir et d’autres membres de la communauté.

Kelly Hashemi, indique que le processus de candidature d’Our Children’s Medicine est conçu pour permettre de déterminer les compétences vécues, culturelles et transférables qui sont perdues au cours d’un processus traditionnel de candidature et d’entretien en entreprise.

Photo d'une enseigne de CIBC.

Enseigne de la Banque CIBC dans le quartier des affaires à Toronto

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Our Children’s Medicine se présente comme un organisme sans but lucratif, de Toronto, qui travaille avec les employeurs pour mettre en œuvre un processus d’embauche dans leurs entreprises et créer des plans d’action pour apprendre des choses de la part de la communauté autochtone, s’engager avec elle et attirer des talents.

Une expérience d’apprentissage

Selon le président et directeur général d'Indigenous Works, Kelly Lendsay, cette situation offre une occasion pour toute entreprise d’apprendre et de reconnaître que tout le monde peut faire des erreurs.

Ce n’est pas parce qu'on est une personne, une organisation ou une entreprise autochtone qu'on a une perception magique sur tout, dit M. Lendsay, qui est lui-même Cri et Métis.

Selon lui, les recruteurs devraient poser des questions ouvertes, comme : Dites-moi quelque chose dont vous êtes fier, puis laisser aux candidats le soin d’évoquer leur culture ou leur expérience s’ils le souhaitent.

Quelqu’un pourrait dire, par exemple : "Je suis vraiment fier du fait que je préside la banque alimentaire", a déclaré Kelly Lendsay. Une autre personne dira : "Je suis vraiment fière d’avoir renoué avec ma culture pour apprendre la danse du pow-wow."

S’il salue les efforts de la CIBC et de l’OCM pour aider les Autochtones à entrer dans le secteur bancaire, M. Lendsay estime qu’il y a de la place pour progresser. Il estime que l’histoire de Christine Paquette doit être prise en compte comme vecteur de changement et d’apprentissage.

Avec les informations de Caroline Barghout et Kimberly Ivany

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Manitoba

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Manitoba.