•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La présence du coronavirus augmente dans les eaux usées à Saskatoon et Prince Albert

Le sous-variant BA.2 expliquerait cette hausse.

Une étudiante effectue des tests en laboratoire.

Une hausse de la présence du coronavirus dans les eaux usées de Saskatoon et de Prince Albert inquiète les chercheurs de l'Université de la Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

Radio-Canada

Un groupe de chercheurs de l’Université de la Saskatchewan se dit inquiet de la hausse de la présence du coronavirus dans les eaux usées de Saskatoon et Prince Albert.

Chaque semaine, les chercheurs réalisent une surveillance des eaux usées de la province, dans le but de détecter une hausse ou une baisse de la charge virale.

Les données leur permettent de conclure si les cas de COVID-19 vont ou non augmenter.

Selon les résultats obtenus au cours de la dernière période qui s'est terminée le 16 mars, les chercheurs ont découvert que les cas étaient à la hausse.

« La vague Omicron est loin d’être terminée. En fait, elle ne cesse de croître. »

— Une citation de  John Giesy, toxicologue et chercheur à l’Université de la Saskatchewan

Selon les plus récentes données, la présence du coronavirus dans les eaux usées de Saskatoon a augmenté de 66 % comparativement à la semaine précédente.

Le Dr John Giesy précise que le variant Omicron est présent à 74,5 % dans chaque échantillon.

Il ajoute que cela démontre qu’il y a une double vague avec le sous-variant Omicron BA.2, qui est une fois et demie plus contagieux que le variant BA.1.

Par ailleurs, les villes de North Battleford et de Prince Albert observent également une augmentation de 93 et 96 %, respectivement, de la charge virage dans leurs eaux usées.

Stabilité à Regina

Selon les chercheurs, les échantillons analysés à Regina montrent une stabilité de la présence du coronavirus dans les eaux usées de la capitale, même si la charge virale demeure élevée.

Le sous-variant BA.1 est dominant, tandis que le BA.2 représente une faible proportion.

Les chercheurs prévoient une possible baisse au cours des prochaines semaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !