•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une artiste anichinabée réinvente les Mandaloriens dans un style autochtone

À quoi ressembleraient les Mandaloriens s’ils étaient autochtones?

Christal Ratt tient une rosette à ruban rouge devant deux armures de Mandalorien.

L'artiste anichinabée Christal Ratt a réinventé les Mandaloriens en créant une armure en écorce de bouleau.

Photo : Gracieuseté : Christal Ratt, Natasha Thompson

Radio-Canada

L'artiste anichinabée Christal Ratt a donc remplacé l'armure d'acier beskar, caractéristique du personnage de Star Wars, par des wiigwas, un mot qui désigne de l'écorce de bouleau dans la langue anichinabée.

J'aime beaucoup la série The Mandalorian et j'ai pensé que je devais en faire une série autochtone en hommage aux défenseurs de la Terre et à tous ceux qui sont en première ligne, indique Mme Ratt, qui est membre de la communauté anichinabée de Lac-Barrière, en Outaouais.

Depuis 2019, les membres de cette communauté mettent en application leur propre moratoire sur la chasse sportive à l'orignal dans la réserve faunique La Vérendrye en raison d'inquiétudes à propos du déclin du troupeau.

C'est pourquoi Mme Ratt a gravé l'image d'un orignal au centre de la plaque de poitrine de son armure d'écorce.

Un orignal est gravé sur la plaque de poitrine d'une armure d'écorce de bouleau.

L'image d'un orignal est gravée sur la plaque de poitrine de l'armure recréée par Mme Ratt.

Photo : Gracieuseté : Natasha Thompson

Bien qu'elle ne puisse pas arrêter les sabres laser comme l'armure de la série, cette œuvre d'art comprend également un casque en écorce de bouleau avec des fleurs de bois piquées et diverses nuances d'orangé pour honorer les survivants des pensionnats pour Autochtones de sa communauté.

L'œuvre s'appelle Shemaginish, qui signifie guerrier.

Si nous avions des superhéros, que porteraient-ils? répond Mme Ratt lorsqu'on lui demande ce qui lui a inspiré l'idée de cette œuvre. J'ai tout simplement pensé à tout cela [et] j'ai tenté de voir comment je pouvais représenter mon peuple.

Transmis de génération en génération

Pour les communautés anichinabées, l'écorce de bouleau a traditionnellement été utilisée pour fabriquer des canoës, des paniers, des appeaux à orignaux et des berceaux. Mme Ratt a incorporé ce matériau dans des bijoux, dans des sacs, dans des poupées et même dans un masque facial.

« Je veux vraiment continuer à travailler avec les wiigwas, parce que c'est quelque chose que les gens ont toujours fait. Je veux simplement être l'une de ces personnes qui perpétuent ces traditions. »

— Une citation de  Christal Ratt, artiste anichinabée

Le travail de l'écorce de bouleau est un art qui a été transmis de génération en génération dans sa famille. Les grands-parents de Mme Ratt fabriquaient des canoës et elle-même récolte de l'écorce de bouleau avec ses parents.

Un casque et un sac fabriqués en écorce de bouleau.

La couleur orange utilisée par Christal Ratt dans son travail honore les survivants des pensionnats pour Autochtones de sa communauté.

Photo : Gracieuseté : Christal Ratt

Cela a toujours été très important pour notre peuple, explique sa mère, Beatrice Ratt.

« Je suis très fière d'elle, car elle est capable de faire toutes ces choses. Quand nous avons vu pour la première fois ce qu'elle avait fait, j'ai été très surprise. »

— Une citation de  Beatrice Ratt, mère de Christal Ratt

Reconnaissance

Au début de mars, Mme Ratt a apporté son costume au 2022 Indian Market and Fair du Heard Guild Museum à Phoenix, en Arizona.

Elle a remporté la deuxième place de la compétition dans la catégorie des formes d'art diverses pour les vêtements et accessoires sans prédominance de perlage.

Je suis nouvelle dans le monde du marché de l'art et des concours avec jury : j'ai commencé en 2018, note Mme Ratt. Je suis vraiment reconnaissante, car jusqu'à présent, dans tous les marchés auxquels j'ai participé, j'ai gagné un ruban, [et] celui-ci est très spécial parce que c'était une pièce entière de wiigwas.

D’après un texte de Ka’nhehsi:io Deer, de CBC Indigenous

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !