•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La saison des sucres sur le point de débuter en Abitibi-Témiscamingue

Une louche dépose du sirop d'érable sur de la neige.

L'érablière Tem-Sucre prévoit produire plus de 1 500 gallons de sirop d'érable (archives).

Photo : iStock / ImageInnovation

Certaines érablières de l’Abitibi-Témiscamingue amorceront sous peu leurs premières récoltes de sirop d’érable. Les températures plus douces des derniers jours contribuent au démarrage imminent de la production.

Le propriétaire de l’érablière Les Vénérables à Laniel, Anthony Sulmon, se réjouit des récentes conditions météorologiques.

Le climat est idéal. Je regarde la température des prochains jours et ça ne devrait pas être si pire si on n’a pas de gros coups de chaleur rapidement. [...] Une bonne saison pour nous est en quantité de sirop. Ce n’est pas nécessairement la longueur de la saison, mais l’étendue des coulées, mentionne-t-il.

L'érablière Les Vénérables ouvrira une salle à manger.

L'érablière Les Vénérables, située à Laniel au Témiscamingue.

Photo : gracieuseté Les Vénérables

Le propriétaire de l’érablière Tem-Sucre à Duhamel-Ouest, Hugo Lévesque, est sur le point d’obtenir de la sève d’érable sucrée.

L’eau n’est pas encore sucrée. Il y a encore beaucoup de neige au sol. Ça va se développer et on va avoir de l’eau sucrée d’ici les prochains jours, précise-t-il.

Hausse du prix des contenants

Hugo Lévesque indique que son érablière est confrontée à une augmentation importante du coût des récipients de sirop d’érable.

Avec tout ce qui se passe dans le monde présentement, on a une grosse difficulté avec nos contenants et leur prix est rendu extrêmement dispendieux. Le problème que vont rencontrer les clients, c’est une augmentation du prix de tous les produits qu’on vend sur le marché, explique-t-il.

Main-d'œuvre limitée

Anthony Sulmon croit réussir à limiter les impacts du nombre peu élevé d’employés sur la production de sirop d’érable.

Je suis quand même chanceux. J’ai de bons amis et de la famille qui ont décidé de se déplacer pour venir m’aider cette année. La main-d'œuvre est de plus en plus jeune. Certains veulent commencer à travailler à 14 ans, note-t-il.

L’érablière Les Vénérables ouvre par ailleurs ce samedi sa salle à manger sous forme de cabane à sucre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !