•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un robot en renfort dans un complexe pour retraités

Chargement de l’image

Le robot peut aider à ramasser la vaisselle dans la salle à manger.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Depuis quelques mois, des retraités de Drummondville se font livrer de la nourriture et d’autres articles par un robot. Le complexe Jazz, dans lequel ils habitent, s'est en effet associé à une entreprise locale qui a pour mission de soutenir le personnel débordé.

Quand les gens ont besoin d’une collation, ils peuvent sur le téléphone demander une livraison. Il [le robot] vient livrer à l’appartement, peu importe l’heure. Lui, il est toujours disponible, explique Martin Boisvert, un résident. 

Conçu en bonne partie par l'entreprise drummondvilloise Sir Steward, le robot implanté en guise d'essai dans le complexe pour retraités vise à soutenir le personnel, et non à le remplacer, explique le président-directeur général Jonathan Auger.

Chargement de l’image

Le robot peut livrer divers objets et collations aux résidents.

Photo : Radio-Canada

Avec les graves problèmes de manque de main-d'œuvre, le défi au quotidien est que les employés ont beaucoup plus de tâches à effectuer [...] Ici, on voulait démontrer que le robot pouvait facilement faire des transports de repas, de collations, de médicaments, de colis directement aux chambres, souligne M. Auger.

Le groupe Cogir, qui possède le Jazz ainsi que d’autres complexes au Québec et en Colombie-Britannique, se dit séduit par la technologie de Sir Steward.

Vider les tables à la salle à manger et retourner à la cuisine avec les assiettes sales et revenir, ce sont des choses que le robot peut faire et à ce moment-là, ça donne le temps à notre personnel en salle à manger d'avoir plus d'interactions avec les résidents, souligne Brigitte Pouliot, la directrice des communications de Cogir immobilier.

Bien qu'il s'agisse pour l'instant d'un projet-pilote, l'entreprise croit que le concept est voué à un avenir prometteur.

« On voit vraiment une opportunité dans un prototype modifié d'augmenter le mieux-être des résidents et la qualité de vie en résidence. »

— Une citation de  Brigitte Pouliot, directrice des communications de Cogir immobilier

C'est aussi l'avis de Jonathan Auger. Une douzaine de ses robots œuvrent déjà un peu partout en province, et ce n'est qu'un début. On est déjà en test dans un CHSLD à Repentigny où on va tester encore plus le côté "aide aux employés". On a aussi une preuve de concept prévue dans un hôpital cet été, indique-t-il. 

Avec les informations de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !