•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec annonce 6,4 G$ pour cinq nouvelles stations sur la ligne bleue du métro de Montréal

Un homme monte dans une rame de métro.

Le projet a été évoqué pour la première fois en 1989.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

Québec, Ottawa et Montréal annoncent un budget de 6,4 milliards $ consacré au prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal, qui comprendra d'ici 2029 cinq nouveaux arrêts entre l'actuelle station Saint-Michel et Anjou.

Les cinq nouvelles stations de métro se trouvent dans l’axe de la rue Jean-Talon, aux intersections avec les boulevards Pie-IX, Viau, Lacordaire et Langelier, et à la hauteur de la rue Bélanger, de part et d’autre de l’autoroute 25, pour la station terminale à Anjou.

Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, accompagnée du ministre du Patrimoine canadien et lieutenant du Québec, Pablo Rodriguez, de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, et du président du conseil d'administration de la Société de transport de Montréal, Éric Alan Caldwell, ont annoncé ces investissements cet après-midi.

Ce sont tous les Montréalais et les Montréalaises qui auront un accès efficace dans l'est de la ville de Montréal, a dit Mme Rouleau.

Par ailleurs, le REM de l'Est sera connecté avec la future station Lacordaire. En période de questions, Mme Rouleau a réitéré que le REM et le prolongement de la ligne bleue sont deux projets complémentaires et non concurrentiels.

Le projet s'intégrera aux quartiers concernés, affirme Mme Plante, qui a profité de la conférence de presse pour annoncer la création de milieux de vie complets, avec 13 000 nouvelles unités d'habitation qui viendront dynamiser le secteur et les artères commerciales. La Ville et l'ARTM espèrent récupérer 300 millions $ en captation foncière auprès des promoteurs immobiliers qui construiront le long du tracé, une première à Montréal, selon la mairesse de Montréal.

Reportage de Mathieu Prost - Québec débloque les fonds nécessaires pour le prolongement de la ligne bleue du métro. Les travaux doivent commencer l'an prochain, pour une mise en service prévue en 2029.

Mobilité durable

Durant la conférence de presse, tous les politiciens ont souligné l'intérêt que représente ce projet sur le plan de l'environnement.

Le transport collectif, on le sait, est un outil efficace pour lutter contre les changements climatiques. Mais c’est aussi une façon concrète d’améliorer de façon importante la qualité de vie de nos concitoyens, a expliqué M. Rodriguez.

Aussi, le prolongement de la ligne bleue devrait désengorger le quartier d'Anjou, plaident les intervenants, puisque, au terminus Anjou, deux édicules d'accès seront construits de chaque bord de l'A-25..

« La ligne bleue, c'est 25 600 usagers supplémentaires en période de pointe, pour la section prolongée de la ligne bleue, 5300 automobiles de moins, 25 tonnes de GES de moins par heure de pointe. »

— Une citation de  Éric Alan Caldwell, président du CA de la STM
Carte montrant prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal.

Le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal

Photo : Radio-Canada

La majeure partie du budget de prolongement de 6,4 G$ est assumé par le gouvernement du Québec, et 1,3 G$ (soit 20 %) provient du gouvernement fédéral.

Aussi, Québec versera une subvention de 1,12 G$ à la Société de transport de Montréal (STM). Celle-ci se détaille comme suit : 577 M$ pour la poursuite de la planification du projet de la ligne bleue; 443 M$ pour les programmes de maintien d’actifs du métro; 100 M$ pour le programme d’accessibilité universelle du métro.

La responsabilité de la mise en œuvre du projet a été déléguée à la Société de transport de Montréal.

Prolongement 34 ans plus tard

Plusieurs fois reporté, le projet évoqué pour la première fois voilà plus d'une trentaine d’années serait donc sur la dernière ligne droite. La première fois que j'ai parlé du métro d'Anjou, c'était lors de ma première campagne en 2004. J'avais les cheveux noirs, il ne m'en reste plus beaucoup!, a lancé à la blague M. Rodriguez.

Dès les prochains mois, la STM lancera des appels d'offres pour un tunnelier afin de creuser et préparer les cinq stations entre Saint-Michel et Anjou.

Comme prévu initialement, le nombre de stations ne change pas, mais le terminus de la station d’Anjou sera positionné stratégiquement sous l'A-25 afin de minimiser les expropriations sur le territoire du centre commercial des Galeries d’Anjou.

Des économies seront également réalisées grâce à l’élimination de certains édicules secondaires, d’escaliers mécaniques ou d’ascenseurs. L’utilisation de terrains municipaux pour les besoins du chantier contribuera aussi à faire baisser la facture.

Entrevue avec la mairesse de Montréal Valérie Plante.

Réplique de l'opposition

Le chef de l’opposition officielle à l’Hôtel de Ville de Montréal Aref Salem s’est réjoui de l’annonce à la suite de la conférence de presse : Ça fait plus de 40 ans que les citoyens de Saint-Léonard et Anjou attendent ce projet. J’espère que cette fois-ci sera la bonne.

Toutefois, M. Salem émet un bémol concernant la gestion de l'administration Plante. Après de nombreux litiges devant les tribunaux et une facture du projet qui augmente de 15 millions de dollars tous les mois, il aura fallu que le gouvernement du Québec reprenne le dossier en main pour qu’il avance enfin, formule-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !