•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des allégations d’inconduite sexuelle contre le grand chef des PN du Manitoba

Arlen Dumas avec une coiffe autochtone.

Le grand chef de l'Assemblée des chefs du Manitoba, Arlen Dumas.

Photo : CBC / Ian Froese

Radio-Canada

Une femme ayant travaillé à l’Assemblée des chefs du Manitoba (ACM) accuse le grand chef, Arlen Dumas, de harcèlement et d’agression sexuelle, selon une lettre obtenue par CBC.

Dans un courriel à CBC, vendredi matin, la police de Winnipeg confirme avoir reçu la plainte, mais ne peut donner d'information sur la plaignante et l'agresseur présumé, ni sur les allégations.

Aucune des allégations n’a été prouvée devant un tribunal.

Selon une lettre envoyée au conseil exécutif de l’ACM, la femme allègue que, dès son deuxième jour en poste à l'ACM, elle s'est sentie harcelée par Arlen Dumas par téléphone, en personne et virtuellement.

Radio-Canada ne nomme pas la femme, puisqu'elle dit être victime d'une agression sexuelle.

Elle affirme vouloir attirer l'attention du conseil exécutif sur les violations du code de conduite de l'ACM, sur la base de [ son] expérience personnelle de harcèlement, de harcèlement sexuel et de violence sexualisée.

Je pense qu'il devrait y avoir une urgence dans cette affaire, car je soupçonne que d'autres femmes de l'ACM ont vécu ou vivent la même chose, écrit-elle.

La plaignante dit ne pas être en mesure de fournir plus de détails à ce sujet, car une plainte officielle a été déposée auprès de l'unité des crimes sexuels du Service de police de Winnipeg.

Mais je peux confirmer, d'après mon expérience, que j'ai été agressée sexuellement, ajoute-t-elle.

Arlen Dumas n'a pas été formellement accusé. Il n'a pas répondu jeudi soir à une demande de commentaires de CBC. Dans un courriel, la chef du cabinet de l'ACM, Natalie Ballentyne, a écrit jeudi soir à CBC que le bureau du grand chef n’avait pas reçu de plainte. Les membres du personnel de l'Assemblée des chefs du Manitoba n’ont pas voulu faire de commentaires.

Vendredi, le conseil exécutif de l'ACM doit tenir une réunion d'urgence à midi pour discuter des allégations, mentionne CBC.

Ce n’est pas la première fois

Le grand chef de l’ACM, Arlen Dumas, avait déjà été accusé d'inconduite sexuelle auparavant.

En 2019, il aurait envoyé des messages et des textes inappropriés à Bethany Maytwayashing, une femme de 22 ans.

Toutefois, il a fermement nié les accusations tout en admettant que son comportement n'avait pas toujours été très professionnel.

À l’époque, M. Dumas avait pris un bref congé de ses fonctions pour suivre des séances de counseling et une formation de sensibilisation professionnelle afin de s'assurer d'avoir des communications plus convenables.

L'Assemblée des chefs du Manitoba défend les intérêts de 62 Premières Nations du Manitoba, dont les Anichinabés, les Cris, les Oji-Cris, les Dénés et les Dakotas.

Arlen Dumas a été élu grand chef pour la première fois en 2017 et a été réélu en 2021.

Avec les informations d'Ian Froese

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.