•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Côte-de-Gaspé a besoin d’un millier de nouveaux logements d’ici 2026

Une pancarte de logement à louer dans une fenêtre.

Le rapport commandé par la MRC confirme le problème, mais fait aussi état de solutions.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Selon le Portrait de la situation de l’habitation dans la MRC de La Côte-de-Gaspé, à court terme, il manquerait 521 logements pour des travailleurs et 421 logements adaptés pour les aînés.

Le rapport de Raymond Chabot Grant Thornton démontre à quel point la construction de nouvelles habitations est un dossier urgent pour la MRC.

Dans la MRC, la pénurie de logements perdure. Le taux d’inoccupation était de 1,5 % à Gaspé en 2019. En 2021, le marché immobilier de Gaspé a démontré une croissance du prix moyen des logements et une diminution de l’offre.

Cinq municipalités composent la MRC de La Côte-de-Gaspé soit Gaspé, Murdochville, Grande-Vallée, Petite-Vallée et Cloridorme.

Et il n’y a pas que le manque de logements. Le parc immobilier de la Côte-de-Gaspé se distingue aussi par son âge et sa vétusté.

Les deux tiers des logements ont été construits avant 1980. La proportion de logements ayant besoin de réparations majeures reste par contre similaire à celle de l’ensemble du Québec, sauf à Petite-Vallée. Cette proportion y est de 19 %, ce qui est trois fois plus élevé que la moyenne québécoise.

En raison de la vulnérabilité de plusieurs groupes de citoyens, aînés, familles monoparentales, plusieurs ne disposent pas des revenus nécessaires pour rénover le patrimoine bâti ou payer un logement plus récent.

À titre d’exemple, l’étude souligne que les personnes seules représentent au moins 30 % des ménages et que les ménages dépendant d’une personne représentent environ 40 % des ménages de la MRC.

Le village de Cloridorme.

Le vieillissement de la population et les besoins de logements adaptés pour les aînés font partie des enjeux que devra affronter la MRC au cours des prochaines années (archives).

Photo : Radio-Canada

Ainsi, soulignent les auteurs du rapport, même si le coût du logement est moins cher que dans l’ensemble du Québec, plusieurs ménages paient un loyer trop élevé en fonction de leur capacité à payer.

Le rapport fait d’ailleurs état de la difficulté pour les investisseurs de rentabiliser la rénovation de logements ou la construction de nouveaux. À ce constat, s’ajoute le contexte économique inflationniste, le manque de main-d'œuvre, la pénurie de matériaux ainsi que le faible nombre d’entrepreneurs en construction sur le territoire.

Effervescence économique et vieillissement

Dans les prochaines années, Gaspé, tout particulièrement, devra conjuguer avec l’afflux de nouveaux travailleurs avec l’agrandissement de LM Wind Power et le vieillissement de sa population.

Ailleurs sur le territoire, les autres municipalités devraient connaître une décroissance.

Le maire de Gaspé et préfet de la MRC de La Côte-de-Gaspé, Daniel Côté, met toutefois un bémol sur les prévisions démographiques de l’Institut de la statistique du Québec.

Murdochville, en plein cœur de la Gaspésie

Murdochville, en plein cœur de la Gaspésie

Photo : Radio-Canada

Il en veut pour preuve la croissance démographique récente. On déjoue les statistiques, on déjoue les pronostics, relève Daniel Côté. Je regarde ce qui se passe à Murdochville, on est pratiquement en pénurie de logements là-bas aussi alors que tout le monde voyait la ville en train de péricliter, de mourir.

« Il y a un constat, on manque de logements et on va continuer à en manquer. Oui, à Gaspé, mais sur l’ensemble du territoire aussi.  »

— Une citation de  Daniel Côté, préfet de la MRC de La Côte-de-Gaspé

Le document fait tout de même état de plusieurs solutions et en examine les impacts et la faisabilité.

Les solutions

Les auteurs de l'étude suggèrent entre autres de modifier le zonage, d’augmenter les taxes des terrains vacants, d’autoriser plus d’une construction sur un terrain ou d’accorder de l’aide financière à des promoteurs ou encore renforcer la réglementation sur la location à des fins touristiques.

Le préfet de la MRC, Daniel Côté, explique que la MRC devra maintenant établir les priorités et voir à arrimer les différentes initiatives gouvernementales.

Plusieurs projets d’immeubles locatifs ou la construction de résidences pour aînés ont émergé dans la MRC au cours des derniers mois.

Une ressource du Groupe ressource en logements collectifs, dont l’embauche est en partie financée par la MRC, viendra accompagner les organismes à but non lucratif dans la mise sur pied de projets d’habitation.

Le préfet voit aussi le rapport comme un outil dont pourront se servir les promoteurs.

Un coin de rue en hiver.

Intersection des rues de la Reine et de la Cathédrale à Gaspé (archives).

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

Souvent, dit-il, les centres bancaires sont situés hors de notre région et ont de la difficulté à évaluer les véritables besoins en logements de la région et la rentabilité des projets.Avec des études comme celles-là, on est capable de le démontrer. On ajoute ça au portfolio des promoteurs, commente Daniel Côté.

Pour le préfet, c’est le cumul des mesures et de l’aide qui fera la différence. Il ajoute que quelques projets de construction d’habitations sont sur le point d’être annoncés: Ça bouge. Le marché est plus effervescent qu’il l’était il y a deux ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...