•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CRTC retire l’autorisation de diffusion à Russia Today et à RT France au Canada

Un plateau télévisé de la chaîne RT.

Mise en service en 2005 sous le nom de Russia Today, la chaîne RT, financée par l'État russe, est régulièrement accusée en Occident de contribuer à la désinformation.

Photo : AFP / Yuri Kadobnov URI KADOBNOV

Radio-Canada

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a publié un communiqué mercredi où il fait part de sa décision de retirer l’autorisation de diffuser pour les chaînes de télévision RT (anciennement connue comme Russia Today) et RT France au Canada.

Le Conseil explique sa décision en mettant de l’avant que la diffusion de ces deux chaînes n’est pas dans l’intérêt public.

Leur contenu [de RT et de RT France] semble comporter des propos offensants étant donné qu’ils tendent à exposer le peuple ukrainien à la haine ou au mépris [...], et leur programmation est contraire à l’atteinte des objectifs de la Loi sur la radiodiffusion, écrit le CRTC dans sa décision publiée mercredi.

Russia Today et RT France ne sont donc plus autorisées à être distribuées au Canada, le CRTC les ayant retirées de la Liste de services de programmation et de stations non canadiens approuvés pour distribution.

Le 2 mars, le CRTC a reçu une demande de la gouverneure en conseil pour déterminer si RT enfreignait la Loi sur la radiodiffusion. Le CRTC a alors lancé des consultations en vue de retirer des ondes canadiennes les stations RT et RT France.

Le Conseil a reçu 373 interventions dans ce dossier. De ce nombre, 350 appuyaient le retrait des ondes de RT, et 16 s'opposaient à cette décision.

Plusieurs des intervenants ont formulé des observations sur la promotion de discours toxiques, la propagande, les mensonges et les théories conspirationnistes sur les médias d’État de la Russie, y compris RT, lit-on dans la décision du CRTC, arguant que ce discours était destiné à propager la haine envers les détracteurs et les ennemis de la Russie et à saper les démocraties occidentales.

Dans sa décision, le CRTC reconnaît que les services non canadiens sont une richesse, mais rappelle que ceux-ci n’ont pas de droit absolu s’ils ne sont pas conformes aux objectifs et, par conséquent, ne servent plus l’intérêt public.

De plus, le Conseil a constaté, lors de ses audiences, qu’aucun des intervenants n’a contesté le fait que RT est parrainée et contrôlée par le gouvernement russe ou qu’elle contient au moins une partie de la propagande gouvernementale russe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !