•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le système de propulsion au gaz naturel liquéfié du F.-A.-Gauthier sera remis en service

Chargement de l’image

Le traversier F.-A.-Gauthier n'a pas fonctionné au gaz naturel liquéfié depuis décembre 2018 (archives).

Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle

Chargement de l’image

Pour la première fois depuis décembre 2018, le système de propulsion au gaz naturel liquéfié (GNL) du traversier F.-A.-Gauthier sera remis en service, au début mai.

Le F.-A.-Gauthier devra bientôt être conduit à l'atelier de la Société des traversiers du Québec (STQ) pour son arrêt technique annuel obligatoire. Son absence doit commencer dans la semaine du 28 mars et se terminer pendant celle du 6 mai, selon le porte-parole de la STQ, Bruno Verreault.

C'est à ce moment que la remise en fonction du système au GNL sera faite, un travail qui peut prendre jusqu'à cinq jours, sans compter la formation des employés qui doivent se familiariser avec les manœuvres particulières liées à ce système.

Le traversier n'a pas fonctionné au GNL depuis décembre 2018, lorsque les propulseurs ont cessé de fonctionner correctement. Il avait alors fallu 13 mois d'inspections, de réparations et de tests avant que le navire puisse reprendre du service.

Le gaz naturel liquéfié, c'est un système qui doit être en fonction continue, explique M. Verreault.

« Lorsqu'il y a un arrêt prolongé, le système va avoir besoin d'une maintenance complète et, de plus, il pourrait y avoir des bris de certaines pièces. C'est ce qui s'était produit lors de l'arrêt prolongé en décembre 2018. »

— Une citation de  Bruno Verreault, porte-parole de la STQ

Depuis ce moment, on n'a pas été en mesure de repartir le système au GNL, nous n'avons pas eu de fenêtre propice pour le faire, mais c'est le cas présentement, indique-t-il.

M. Verreault rappelle que le GNL occasionne des émissions de gaz à effet de serre (GES) beaucoup moins importante que le diesel marin, ce qui en fait un choix plus écologique. Un autre avantage aussi, c'est que l'odeur de combustion très typique du diesel n'existe pas lorsque le navire fonctionne au GNL, souligne le porte-parole.

Cet arrêt technique sera également l'occasion de renouveler toutes les certifications du navire qui lui permettent de naviguer pendant un an.

Le Saaremaa 1 prendra donc la relève du F.-A.-Gauthier à partir du 21 mars pour assurer la traverse entre Matane et la Côte-Nord.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !