•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La hausse du prix des terres inquiète la relève agricole

Une moissonneuse récolte des céréales sur une terre agricoles de Saint-Eugène-de-Guigues.

Le climat favorable et la texture du sol font que les grains des céréales cultivées au Témiscamingue sont d'une grande qualité.

Photo : Radio-Canada

L'augmentation du prix des terres agricoles inquiète la relève agricole au Québec, mais aussi en Abitibi-Témiscamingue.

En 2021, le prix des terres a fait un bond de 10 % dans la province, mais dans la région, il a connu une hausse de 11,6 %.

Cette situation préoccupe la Fédération de la relève agricole, et ce, depuis plusieurs années. On souhaite que le gouvernement instaure des mesures pour faciliter l’achat de terres.

Il va falloir en faire un enjeu sociétal . On l'a vu, durant la pandémie, l'importance de l'autonomie alimentaire et de se nourrir au Québec. C’est sûr que la problématique est vraiment inquiétante, affirme Julie Bissonnette, présidente de la Fédération de la relève agricole du Québec et productrice laitière à l'Avenir au Centre-du-Québec.

Même si les terres agricoles en Abitibi-Témiscamingue sont parmi les moins chères de la province, il demeure difficile d'en acheter quand on démarre son entreprise agricole.

Dans les derniers 10 ans, si ce n’est pas plus, on a eu des investisseurs agricoles du sud du Québec et même de provinces de l’Ouest canadien qui ont acheté des terres en région et ça, c’est comme une concurrence directe à la relève agricole qui veut s’établir ici, indique Méghan Jarry, présidente régionale de la Fédération de la relève agricole et productrice laitière en Abitibi-Ouest.

Deux femmes parlent au micro d'un studio de Radio-Canada.

Julie Bissonnette et Meghan Jarry de la Fédération de la relève agricole. (archives)

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Les producteurs de l’Abitibi-Témiscamingue souhaitent d’ailleurs qu’on instaure des mesures pour favoriser l’achat de terres agricoles par des personnes qui vont demeurer dans la région. Cependant, la relève agricole fait face à de la compétition : des agriculteurs et investisseurs d’ailleurs dans la province ou au pays, qui ont de plus grands moyens financiers.

« On en connaît, des agriculteurs en région qui ont perdu des terres, qui étaient intéressés à les acheter, mais qui ne pouvaient pas concurrencer le prix de ce qu’un agriculteur de l’extérieur de la région pouvait offrir. »

— Une citation de  Méghan Jarry, présidente de la Fédération de la relève agricole pour l’Abitibi-Témiscamingue

En Abitibi-Témiscamingue, la valeur moyenne d’une terre agricole varie entre 600 $ et 3300 $ par acre en 2021, selon le rapport de la Financière agricole du Canada.

Variation de la valeur des terres agricoles au Québec

Région

Variation de la valeur des terres agricoles

Chaudière-Appalaches

15,0 %

Outaouais

14,3 %

Montérégie

13,9 %

Abitibi-Témiscamingue

11,6 %

Bas-Saint-Laurent-Gaspésie

9,3 %

Laurentides-Lanaudière

9,1 %

Centre-du-Québec

6,3 %

Mauricie-Portneuf

5,3 %

Estrie

3,5 %

Saguenay-Lac-Saint-Jean

0,0 %

La Fédération de la relève agricole demande au gouvernement de mettre en place des programmes facilitant l'achat de terres pour la relève. 

On suggère par exemple un incitatif fiscal pour la vente à une relève, la limitation de l'achat de terres agricoles seulement aux producteurs et productrices et l'instauration de programmes provinciaux de remise en culture des terres en friche.

Plusieurs facteurs causent cette hausse de prix de terres, notamment une forte demande. 

On a des taux d'intérêt historiquement bas et les produits de base, c'est-à-dire le maïs, le soya, les grains, se transigent actuellement à des taux très élevés, donc entraînent des revenus plus élevés pour les terres. Donc tout ça, avec une offre de terre en vente quand même limitée, fait en sorte que le marché est très bon actuellement, explique Lyne Michaud, analyste principale de la financière agricole du Canada. 

La Fédération de la relève agricole compte présenter des solutions au gouvernement dans les prochains mois et espère que l’on répondra à leurs besoins.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !