•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des terres agricoles toujours plus chères

Des vaches dans un champ sur le bord du fleuve.

La valeur des terres en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent a augmenté de 9,3 % au cours de la dernière année.

Photo : Radio-Canada

Le prix des terres agricoles pour la région Bas-Saint-Laurent–Gaspésie a fait un bond de plus de 9 % en 2021. Dans l’ensemble du Québec, cette augmentation a été de 10 %.

En Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent, la hausse représente une augmentation moyenne de 300 $ l'acre, selon les données du dernier rapport sur la valeur des terres agricoles de Financement agricole Canada (FAC).

La valeur moyenne des terres agricoles au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie demeure parmi les moins élevées au Québec. Une terre en Gaspésie se vend 3700 $ l'acre.

Il y a seulement en Abitibi-Témiscamingue où la valeur des terres, en moyenne de 1500 $ l'acre, est moins importante qu'en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent.

En comparaison, les terres agricoles les plus chères au Québec se vendent en Montérégie, où des personnes ont payé plus de 26 000 $ l'acre en 2021.

Analyste principale à FAC, Lyne Michaud affirme que plusieurs facteurs peuvent expliquer cet écart entre les régions, dont le rendement.

D’ailleurs, pour la première fois depuis des années, des conditions météorologiques ont été propices à la production fourragère au Bas-Saint-Laurent, où sont installés surtout des producteurs laitiers et des éleveurs de bovins, qui ont tous besoin de fourrage.

Toutefois, le rendement n’est pas le seul facteur, nuance Mme Michaud. La distance, les acheteurs, les types de production dans un secteur peuvent tous être des facteurs importants qui influent sur les taux payés à l’acre.

Mme Michaud ajoute que la croissance de la valeur des terres agricoles en 2021 s’explique aussi par la demande soutenue de terres agricoles, stimulée par les prix élevés des produits de base et les taux d’intérêt historiquement bas. Ces facteurs se conjuguent à l’offre limitée de terres agricoles disponible sur le marché.

Avec la collaboration de Pierre-Gabriel Turgeon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !