•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des agriculteurs et des fabricants craignent une grève au Canadien Pacifique

Chargement de l’image

Un cheminot du Canadien Pacifique sur une locomotive.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

La Presse canadienne

Des clients de l'entreprise ferroviaire Canadien Pacifique (CP) sont de plus en plus préoccupés par un conflit de travail qui, selon le syndicat Teamsters Canada, pourrait entraîner le déclenchement d'une grève dès jeudi.

La conférence ferroviaire de Teamsters Canada a tenu un vote de grève plus tôt ce mois-ci, les membres ayant voté à plus de 96 % en faveur d'un possible arrêt de travail au Canadien Pacifique.

Lundi, ni le transporteur ferroviaire de Calgary ni les Teamsters n'ont fourni de mise à jour sur l'état des pourparlers, mais le syndicat a déjà indiqué par le passé qu'une grève pourrait débuter après minuit le 16 mars. Plus de 3000 mécaniciens de locomotive, chefs de train et autres employés du CP pourraient abandonner leur poste.

Le syndicat a précisé que les avantages sociaux et les pensions étaient les principaux problèmes en cause.

Cependant, les expéditeurs qui dépendent du transport ferroviaire soulignent qu'une grève, si elle se produisait, surviendrait alors que de nombreuses industries font déjà face aux perturbations de la chaîne d'approvisionnement et aux retombées connexes de la pandémie de COVID-19.

Selon le président de l'association Manufacturiers et exportateurs du Canada, Dennis Darby, un récent sondage auprès des membres de l'industrie a montré que 90 % avaient éprouvé des problèmes dans la chaîne d'approvisionnement au cours des 12 derniers mois.

Des pertes de 10,5 milliards de dollars

Dennis Darby a ajouté que les fabricants canadiens ont déjà perdu des ventes estimées à 10,5 milliards de dollars en raison des perturbations du réseau de transport et qu'ils ne peuvent vraiment pas se permettre une nouvelle interruption.

Cette dernière perturbation potentielle n'est que le dernier exemple de difficultés auxquelles le secteur a fait face, a-t-il précisé. Nous n'avons pas du tout besoin d'une autre raison pour les retards.

Fertilisants Canada, qui représente les fabricants, les distributeurs en gros et au détail d'engrais, a fait remarquer qu'une grève des chemins de fer pourrait obliger les installations de production d'engrais à arrêter la production, une situation qui serait paralysante pendant la saison cruciale de l'ensemencement du printemps pour les agriculteurs.

« Le secteur agricole connaît déjà des problèmes d'approvisionnement aggravés par la guerre en Ukraine et ne peut plus supporter de perturbations de la chaîne d'approvisionnement. »

— Une citation de  Karen Proud, présidente et chef de la direction, Fertilisants Canada

Soixante-quinze pour cent des engrais utilisés par les agriculteurs canadiens sont expédiés par chemin de fer, a ajouté Karen Proud, et aucun autre moyen de transport n'a actuellement de capacité, ou ne peut être mis en ligne, à temps pour atténuer l'impact d'une grève.

Les éleveurs de bovins ont également dénoncé les effets potentiellement dévastateurs d'un arrêt de travail du CP. La sécheresse extrême de l'été dernier a entraîné une pénurie généralisée d'aliments pour le bétail dans l'Ouest canadien, et de nombreux producteurs comptent sur les trains du CP pour les expéditions de maïs des États-Unis, afin de nourrir leurs bêtes.

La majorité de nos membres ont dit qu'il ne leur restait qu'une, peut-être deux semaines de céréales, a indiqué Janice Tranberg, PDG de l'Alberta Cattle Feeders Association.

Nous ne pensons pas qu'il y ait beaucoup de céréales de remplacement vers lesquelles se tourner si nous ne pouvons pas obtenir ce maïs américain. C'est donc assez inquiétant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !