•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un robot se joint à l’équipe d’Aki Sushi

Le robot circule dans le restaurant.

Le robot peut transporter les plats et les breuvages pour 4 tables en un seul déplacement.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Si vous fréquentez le restaurant Aki Sushi de Chicoutimi dans les prochains mois, il se peut très bien que votre repas soit livré à votre table par un robot. L’établissement a fait l’acquisition d’un serveur nouveau genre pour aider son personnel dans la salle à manger.

Le robot, qui mesure environ un mètre, comporte quatre étages munis de capteurs sensoriels. Une fois que des plateaux de repas y sont déposés en cuisine, il les transporte jusqu’à la table des clients identifiés par la programmation. Il remplace quatre paires de bras d’un coup finalement, explique le président et fondateur d’Aki Sushi, Claude Guay.

Le robot est aussi utile pour monter et desservir les tables.

« Ça nous permet d’avoir un groupe de 10, 15 ou 20 personnes avec un ou deux serveurs, au lieu de trois ou quatre comme c’était avant. »

— Une citation de  Claude Guay, président et fondateur, Aki Sushi

Le propriétaire assure que jamais le nouveau venu ne remplacera un humain, mais il permet de donner un meilleur service aux clients en s’en occupant parfois plus rapidement.

Tout le monde voit ça comme un plus dans l’organisation. Ça donne de l’ambiance!, indique-t-il.

Le robot circule dans la salle à manger.

Le robot serveur promet de susciter la curiosité des clients.

Photo : Radio-Canada

En effet, le robot, qui imite les traits d’un chat, peut miauler lorsqu’on lui caresse les oreilles et souhaiter bon appétit aux visiteurs.

Le restaurant a investi 25 000 $ pour faire l’acquisition de ce robot conçu par la société chinoise Pudu Robotics. Sa durée de vie est estimée entre cinq et sept ans.

La devanture du magasin Aki Sushi.

Le restaurant Aki Sushi de Chicoutimi est situé sur le boulevard Talbot.

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

Claude Guay n’a aucunement l’intention de diminuer son personnel avec l’arrivée de ce robot, surtout dans le contexte où la main-d’œuvre se fait rare. D’ailleurs, il cherche encore à combler son équipe en vue de la saison estivale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !