•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kévin Rouet quitte le Rouge et Or pour diriger l’équipe nationale

Chargement de l’image

Kévin Rouet quitte le Rouge et Or après quatre saisons à la barre de l'équipe.

Photo : Yan Doublet / Rouge et Or

Chargement de l’image

Avec le Club de rugby de Québec, les Élans de Garneau et le Rouge et Or, Kévin Rouet a gagné partout où il est passé, ces dix dernières années. Tellement que l’Université Laval devra maintenant lui trouver un remplaçant. L’entraîneur émérite quitte pour prendre la barre de l’équipe nationale canadienne de rugby à 15.

Ce nouveau défi est aussi inattendu qu'excitant pour l'entraîneur d'origine française qui prend les commandes de l'équipe nationale à un peu plus de six mois de la Coupe du Monde du rugby. Une échéancier peu commun résultant d'une restructuration à Rugby Canada qui a amené la fédération à se séparer de son entraîneur des quatre dernières années, Sandro Fiorino.

Ce n’est pas forcément idéal, mais j'adore ce genre de défi. C'est ce qui me fait vibrer comme entraîneur, lance Kévin Rouet.

Lui qui était adjoint de Fiorino depuis 2018, il devra maintenant trouver un équilibre entre la continuité et le changement dans l'équipe d'ici à la Coupe du Monde, en octobre. Une chose est sûre, promet-il, le soucis du détail dans la préparation des joueuses sera inégalé.

On a un programme national qui demande beaucoup de sacrifice à nos athlètes. On leur demande de vivre comme des professionnelles. Je pense qu’on se doit de leur offrir un encadrement professionnel, même si on a pas toujours le budget qui va avec.

Pour se faire, la vie de Kévin Rouet sera centrée à 100% autour de l'équipe au cours des six prochains mois avec un seul objectif : le titre de championnes du monde. Dans le contexte, il était impossible de concilier sa nouvelle fonction avec son poste chez le Rouge et Or.

Un palmarès impressionnant

Nommé entraîneur-chef en 2017, Rouet a guidé l’équipe de rugby du Rouge et Or au premier titre national de son histoire, deux ans plus tard. Sous sa gouverne l’équipe a présenté une fiche de 36 victoires et 10 défaites, terminant chacune de ses quatre saisons parmi les quatre meilleures formations au pays.

C'est également à Québec, où il est venu s'installer il y a 14 ans, qu'il avait gravi les échelons précédents dans sa carrière d'entraîneur. D’abord avec le Club de rugby de Québec, qu’il a guidé à des titres provinciaux en 2011, 2013 et 2016. Puis avec les Élans du cégep Garneau, invaincus à ses trois dernières saisons à la barre de l'équipe avant de faire le saut chez le Rouge et Or.

Le départ de Kevin est évidemment une perte importante pour le Rouge et Or, mais surtout, une immense source de fierté. Sa nomination démontre à quel point nous avions un entraîneur de grande qualité , s'est réjoui le responsable du programme Rouge et Or, Jean-Noël Corriveau, mardi.

Un programme qui n'a pas fini de gagner, rassure Rouet, qui verrait bien l'un de ses adjoints lui succéder à l'Université Laval. On a mis le Rouge et Or au centre du rugby féminin canadien ces dernières années. Ça, c’est vraiment une fierté. Même si on ne gagne pas chaque année, tout le monde nous connaît et tout le monde a peur de nous jouer.

Le Rouge et Or jamais bien loin

Il faut dire que le contrat de Kévin Rouet avec Rugby Canada ne le mènera pour l'instant qu'à la fin de l'année. La fédération et l'entraîneur décideront ensuite s'ils veulent poursuivre leur union pour un autre cycle de quatre ans.

Peut-être que ma vie avec le Rouge et Or n’est pas encore finie. Peut-être que c’est juste une petite parenthèse, illustre l'entraîneur.

Ce sera toutefois une question pour plus tard. Pour le moment, il a du pain sur la planche avec l'équipe nationale qui entame un court camp d'entraînement en France. Dans les prochains mois, Rouet aura des décisions déchirantes à prendre sur l'identité des 30 joueuses qui représenteront le Canada en Nouvelle-Zélande, en octobre.

Tout porte à croire que l'alignement comptera plusieurs anciennes du Rouge et Or qui tenteront de répéter avec lui les succès passés. Fabiola Forteza, Justine Pelletier et Maude Laliberté font notamment partie de la longue liste de joueuses canadiennes en vue de la Coupe du Monde de rugby à 15.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !