•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Allemagne déconseille l’utilisation du logiciel antivirus russe Kaspersky

Chargement de l’image

Le kiosque de Kaspersky était bien actif au Salon mondial du mobile (MWC), à la fin février à Barcelone.

Photo : AFP / PAU BARRENA

Radio-Canada

L'office allemand responsable des questions de cybersécurité a recommandé mardi d'éviter l'utilisation des logiciels antivirus de l'éditeur Kaspersky, avertissant les internautes que l'entreprise russe pourrait être impliquée, de gré ou de force, dans d'éventuelles attaques informatiques.

Depuis l'invasion de l'Ukraine, les actions des forces militaires et des services de renseignement en Russie sont associées à un risque considérable d'attaque informatique, a expliqué dans un communiqué l'Office fédéral de la sécurité des technologies de l'information (BSI).

Un fabricant informatique russe peut lui-même mener des opérations offensives, être contraint d'attaquer des systèmes cibles contre sa volonté, ou être lui-même victime d'une cyberattaque à son insu, espionné ou utilisé comme outil pour lancer des attaques contre sa propre clientèle, a-t-elle précisé.

Le BSI prévient la population que, outre les entreprises, les particuliers utilisant le logiciel antivirus pourraient aussi être vulnérables.

Les autorités françaises ont émis un avertissement semblable au début du mois de mars, et les États-Unis avaient déjà interdit aux agences gouvernementales d'utiliser les logiciels Kaspersky dès 2017.

Rome fait une mise en garde contre les logiciels russes

L'Agence italienne pour la cybersécurité (ACN) a aussi mis en garde mardi les utilisateurs et utilisatrices de logiciels russes contre un éventuel risque technologique après l'invasion de l'Ukraine par les forces de Moscou.

Rome pointe surtout les logiciels antivirus, sans cependant citer Kaspersky, l'un des noms les plus connus dans ce domaine.

L'ACN précise qu'à ce jour, il n'y a pas de preuve d'une baisse de la qualité des produits et services technologiques fournis par ces entreprises, mais invite à la prudence ses utilisateurs et utilisatrices en Italie.

Le groupe russe, l'un des grands éditeurs de logiciels au monde équipant plusieurs millions d'ordinateurs, réfute les accusations de collaboration avec le Kremlin.

Plusieurs spécialistes en informatique ont fait la mise en garde que l'invasion en Ukraine par la Russie pouvait entraîner des cyberattaques de grande ampleur. Toutefois, elles sont restées peu nombreuses jusqu'à présent.

En entrevue à l’émission Matins sans frontières, sur ICI Première, Marc-André Léger, chercheur à Polytechnique Montréal et spécialiste en sécurité de l'information, a souligné que le Canada n'était pas à l'abri de ces offensives virtuelles.

L’expert appelle les internautes à la prudence, et recommande notamment de faire toutes les mises à jour nécessaires sur leurs appareils ainsi que d’éteindre leur ordinateur s’il n’est pas utilisé.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !