•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grippe aviaire : mieux vaut remiser ses mangeoires à oiseaux

Un oiseau qui s’approche d’une mangeoire dans les bois.

Selon la biologiste Elizabeth Walsh, retirer ses mangeoires à oiseaux aiderait à limiter la propagation du virus.

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik/CBC

Radio-Canada

Afin de limiter la propagation du virus H5N1 chez les oiseaux sauvages, les Néo-Écossais devraient enlever les mangeoires qu’ils ont chez eux. C’est ce que recommande Elizabeth Walsh, biologiste pour le ministère des Terres et Forêts de la Nouvelle-Écosse.

Nous pouvons protéger les oiseaux en n’utilisant pas de mangeoires pour oiseaux , croit Elizabeth Walsh, qui est basée à Coxheath, près de Sydney. Le retrait des mangeoires contribuera à empêcher la propagation du virus.

Je réalise que les gens apprécient leur mangeoire. Cependant, en tant qu’amoureux des oiseaux, nous voulons aussi nous assurer que […] nos populations sauvages sont en sécurité.

Une citation de Elizabeth Walsh, biologiste pour le ministère des Terres et Forêts de la Nouvelle-Écosse

La présence de l’influenza aviaire hautement pathogène H5N1 a été confirmée pour la première fois chez une oie sauvage dans la région de Halifax le 28 janvier.

Par la suite, l’Agence canadienne d’inspection des aliments a confirmé sa présence dans un troupeau de dindes dans une ferme de l’ouest de la Nouvelle-Écosse. Les 12 000 dindes de la ferme sont toutes mortes, certaines à cause du virus, les autres ont été abattues pour éviter toute propagation.

Le virus constitue une menace pour les volailles domestiques et les oiseaux sauvages, car lorsque les oiseaux se rassemblent, ils peuvent propager l’infection par leurs excréments et d’autres fluides corporels provenant de leurs voies respiratoires, indique Mme Walsh.

Depuis qu'on a retrouvé la première oie, il a été confirmé que trois autres oiseaux sauvages morts en Nouvelle-Écosse étaient atteints de la grippe aviaire, en date du 10 mars. Ces oies ont été trouvées dans le comté d’Halifax et dans celui Hants.

La Dr Megan Jones, vétérinaire et directrice régionale de la coopérative canadienne pour la santé de la faune à Charlottetown, a déclaré qu’un groupe de canards sauvages vivants dans le comté de Hants a été testé pour la grippe aviaire. Plusieurs d’entre eux étaient positifs, alors que certains ne montraient aucun signe du virus.

Les provinces atlantiques envoient les oiseaux sauvages morts à cette organisation pour que des tests soient effectués.

La Dre Jones a déclaré que son groupe teste les oiseaux morts pour la grippe aviaire depuis 2005.

Ce qui est différent aujourd’hui, c’est que nous obtenons des résultats positifs, ce qui n’était pas le cas par le passé, a-t-elle observé. Au Canada atlantique, du moins, nous n’avons pas vu apparaître cette grippe aviaire hautement pathogène.

Elizabeth Walsh et Megan Jones ont tous deux mentionné une épidémie de grippe aviaire qui a tué plus de 5000 cigognes migratrices en Israël à la fin de 2021. Cette épidémie a également forcé les agriculteurs à abattre des centaines de milliers de poulets.

Bien que les oiseaux sauvages des quatre provinces de l’Atlantique aient obtenu un résultat positif à la grippe aviaire, il n’y a pas encore eu de mortalité importante dans cette région.

Les précautions à prendre

Elizabeth Walsh encourage toute personne qui trouve un oiseau malade ou mort en Nouvelle-Écosse à ne pas le toucher, mais les encourage plutôt à le signaler au ministère provincial des Ressources naturelles, au 1-800-565-2224, et une personne du ministère portant des vêtements de protection le ramassera.

Le risque que les humains tombent malades à cause de la grippe aviaire est très faible, mais on recommande aux gens de ne pas manipuler d’oiseaux malades ou morts par mesure de précaution générale.

Avec les informations de Greg MacVicar, de CBC News.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Acadie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Acadie.