•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

QS accentue la pression sur Québec pour le gel des tarifs d’électricité

Chargement de l’image

L'électricité risque de coûter beaucoup plus cher cette année.

Photo : Radio-Canada / Danny Gosselin

La Presse canadienne

La pression s'accentue sur le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) afin qu'il gèle les tarifs d'électricité.

Lundi, la porte-parole de Québec solidaire (QS) en matière de finances publiques, Ruba Ghazal, a présenté les attentes prébudgétaires de son parti.

Elle a réclamé à nouveau un gel des tarifs d'Hydro-Québec, après que la société d'État eut annoncé qu'elle les augmenterait cette année et en 2023, en les alignant sur le taux d'inflation.

J'ai des gens [...] qui me parlent de la facture de leur épicerie qui explose, de leurs loyers qui augmentent, la facture d'Hydro-Québec. [...] Tout coûte plus cher, a déploré Mme Ghazal en point de presse à Québec.

Elle emboîtait le pas à la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI), Option consommateurs et l'Association québécoise des consommateurs industriels d'électricité (AQCIE).

Gérald Fillion s'entretient avec Sylvie De Bellefeuille, avocate chez Option consommateurs

Dimanche, le Parti libéral du Québec (PLQ) avait également martelé la nécessité de geler les tarifs d'électricité, tandis que le Parti québécois (PQ) propose de figer les tarifs de toutes les sociétés d'État.

Ces différents intervenants veulent aussi que le gouvernement fasse appel à la Régie de l'énergie pour s'assurer que les consommateurs ne paient pas plus que le nécessaire au monopole qu'est Hydro-Québec.

Chargement de l’image

Ruba Ghazal a présenté les attentes de Québec solidaire, lundi, en vue du budget Girard qui sera déposé la semaine prochaine.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

En 2019, le gouvernement Legault avait retiré à la Régie le pouvoir de fixer annuellement les tarifs d'Hydro-Québec pour plutôt les soumettre aux aléas de l'économie, a rappelé Mme Ghazal.

La crise du coût de la vie actuelle fait la démonstration que c'était une mauvaise décision, soutient-elle.

J'étais là quand le gouvernement nous a mis dans la gorge ce projet de loi, sous le bâillon. [...] On leur avait dit que ça allait coûter très cher, s'est indignée la députée de Mercier.

Ça va être très important que le gouvernement recule et qu'il dise qu'il va geler les tarifs d'Hydro-Québec [...] parce que ça fait mal aux familles qui voient leur facture d'Hydro-Québec augmenter, a-t-elle ajouté.

Doubler le crédit d'impôt solidarité

Par ailleurs, QS souhaite que le gouvernement double les prestations du crédit d'impôt pour solidarité pendant six mois, et qu'il ajoute une bonification supplémentaire de 500 $ pour chaque aîné de 65 ans et plus.

Le parti calcule qu'une famille avec deux enfants pourrait aller chercher jusqu'à 2340 $, tandis qu'une personne aînée qui vit seule pourrait recevoir jusqu'à 2042 $.

« Il y a 3,3 millions de Québécois qui reçoivent le crédit d'impôt pour solidarité. C'est le meilleur outil que le gouvernement a entre les mains pour aider rapidement les gens qui en ont le plus besoin. »

— Une citation de  Ruba Ghaza, porte-parole de QS en matière de finances publiques

Parmi les autres demandes de QS : que le gouvernement fasse des investissements majeurs dans le réseau public de santé, sans aider le secteur privé.

QS s'attend également à ce que, devant la crise climatique, le gouvernement se garde d'investir dans un troisième lien routier entre Québec et Lévis et dans l'élargissement d'autoroutes.

Il préférerait que les sommes soient transférées dans des projets de transport collectif. Le ministre des Finances, Eric Girard, présentera le budget du Québec le 22 mars prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !