•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reprise mardi des pourparlers russo-ukrainiens

Deux rangées d'hommes assis face à face.

Malgré le bruit des armes, les deux parties belligérantes tentent de régler leur conflit par la voie diplomatique.

Photo : via reuters / BELTA

Radio-Canada

La session de pourparlers entre l'Ukraine et la Russie qui a débuté lundi a été suspendue et elle reprendra mardi, a annoncé un négociateur de Kiev.

Nous faisons une pause technique dans les négociations jusqu'à demain pour permettre des travaux supplémentaires des sous-groupes de travail et la clarification de certains termes, a écrit sur Twitter Mikhaïlo Podoliak, conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Avant l'annonce de la suspension des pourparlers, le président ukrainien Volodymyr Zelensky déclarait que les discussions donnaient lieu à des négociations difficiles, et qu'il ferait le point dans la soirée.

Nous devons tenir bon et nous battre pour gagner, pour parvenir à une paix que les Ukrainiens méritent, une paix honnête avec des garanties de sécurité pour notre État, pour notre peuple. Et pour les mettre par écrit lors de négociations, de difficiles négociations, avait-il ajouté dans une adresse vidéo.

Avant M. Zelensky, l'un de ses négociateurs, Mykhaïlo Podoliak, qui participe aux négociations, avait indiqué que la communication (avec Moscou) reste établie même si c'est compliqué.

La raison de nos désaccords vient du fait que nous avons des systèmes politiques très différents, avait-il souligné, qualifiant celui de la Russie d'oppression ultime de sa propre société.

Il s'agit de la quatrième séance de pourparlers entre M. Podoliak et son homologue russe, Vladimir Medinski, conseiller du Kremlin. Les trois précédentes sessions s'étaient tenues aux frontières ukraino-bélarusse et polono-bélarusse.

Ce nouveau round intervient après une première rencontre infructueuse entre les chefs de la diplomatie russe et ukrainienne jeudi dernier en Turquie.

L'Ukraine avait affirmé plus tôt lundi qu'elle exigerait une nouvelle fois une trêve immédiate dans les combats et le retrait des forces russes, près de trois semaines après le début de l'invasion.

Notre     dossier Guerre en Ukraine

Avec les informations de l'AFP et de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !