•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 800 manifestants contre le conflit en Ukraine ont été arrêtés en Russie

Des policiers emmènent un homme.

À Moscou, quelques dizaines de personnes ont bravé l'interdiction de manifester en se rassemblant sur la place du Manège, près du Kremlin. Au moins 100 manifestants et un journaliste ont été emmenés par des policiers, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Photo : AFP / -

Agence France-Presse

Plus de 800 personnes qui manifestaient dimanche contre l'invasion militaire russe de l'Ukraine ont été interpellées dans 37 villes de Russie, selon l'ONG OVD-Info, spécialisée dans le suivi des manifestations. D’autres manifestations de soutien à l’Ukraine ont eu lieu ailleurs dans le monde dimanche.

Des journalistes de l'AFP ont vu plusieurs manifestants être arrêtés brutalement à Moscou et à Saint-Pétersbourg, la deuxième ville du pays.

Dans la capitale, quelques dizaines de personnes avaient bravé l'interdiction de manifester en se rassemblant sur la place du Manège, près du Kremlin. Au moins 100 manifestants et un journaliste ont été emmenés par des policiers, selon un correspondant de l'AFP sur place.

La paix dans le monde! a scandé une femme alors qu'elle était entraînée de force par deux agents.

Plusieurs policiers avaient tracé la lettre Z sur leurs casques, un signe de reconnaissance qui exprime un soutien aux soldats russes déployés en Ukraine.

En début de soirée, le ministère de l'Intérieur a indiqué que près de 300 personnes avaient été interpellées dans la capitale pour diverses violations de l'ordre public, précisant que des poursuites judiciaires étaient envisagées contre eux.

À Saint-Pétersbourg, où de nombreux autocars de police étaient visibles dans le centre, les manifestants ont tenté de se faire discrets. Selon OVD-Info, au moins 156 personnes y ont quand même été interpellées au cours de la journée.

Kristina, 20 ans, était venue vêtue d'une veste bleue et d'un chapeau jaune, les couleurs de l'Ukraine, afin, selon elle, de protester d'une façon ou d'une autre. Bien sûr que c'est effrayant de sortir [manifester]. Tout le monde est emmené, plusieurs de mes amis ont été arrêtés, d'autres ont été virés de l'université, a-t-elle dit à l'AFP.

Une passante, la soixantaine, a vociféré à un moment contre les manifestants : Vous êtes tous des traîtres, on devrait tous vous arrêter!

Malgré l'interdiction, des pacifistes se rassemblent quotidiennement en Russie pour dénoncer l'intervention militaire en Ukraine. Bien que leur nombre soit limité, la simple tenue de ces rassemblements est notable, tant la répression est forte.

Ceux qui manifestent s'exposent systématiquement à des amendes, voire à de longues peines d'emprisonnement selon les poursuites engagées contre eux.

En tout, depuis le 24 février, au moins 14 700 personnes ont été interpellées en Russie lors de manifestations contre le conflit, selon OVD-Info. Rien que dimanche dernier, plus de 5000 manifestants ont été arrêtés, un chiffre d'une ampleur inédite pour une seule journée.

Notre     dossier Guerre en Ukraine

Vaste mobilisation en Allemagne

Des dizaines de milliers de manifestants ont protesté dimanche dans plusieurs villes allemandes contre l'invasion russe de l'Ukraine, selon la police et les organisateurs.

À Berlin, près de la porte de Brandebourg, une foule brandissait des pancartes aux couleurs de l'Ukraine, jaune et bleu, sur lesquelles on pouvait lire Arrêtez Poutine et Arrêtez la guerre.

Selon la police, ils étaient entre 20 000 et 30 000 manifestants.

À Francfort, environ 11 000 personnes ont exprimé leur solidarité avec les Ukrainiens, selon la police, qui a précisé que les manifestations se sont déroulées dans le calme.

Des manifestants brandissent des pancartes en signe de soutien à l'Ukraine.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté à Berlin et ailleurs en Allemagne dimanche.

Photo : AFP / JOHN MACDOUGALL

Les participants brandissaient des drapeaux ukrainiens et européens et chantaient Stoppt den Krieg (Arrêtez la guerre), selon un journaliste de l'AFP.

D'autres marches ont aussi eu lieu à Stuttgart, à Leipzig and à Hambourg, où elles ont rassemblé jeunes et plus âgés ainsi que des familles avec des enfants.

Ces manifestations ont été organisées par une alliance de plus de 40 organisations de défense des droits de la personne, de syndicats et d'associations chrétiennes.

Au total, elles ont mobilisé environ 125 000 personnes dans tout le pays, selon les organisateurs.

L'affluence ce dimanche à Berlin était néanmoins plus faible qu'il y a deux semaines. Trois jours après le début de l'invasion de l'Ukraine, quelque 100 000 personnes s'étaient alors rassemblées.

Manifestation antirusse à Kherson, dans le sud de l'Ukraine

Une grande manifestation a eu lieu dimanche dans la ville de Kherson, dans le sud de l'Ukraine, pour protester contre son occupation par les forces russes, selon des médias locaux.

Selon les photos mises en ligne par le site du média public régional Souspilné, des centaines de personnes ont manifesté sur la place de la Liberté, à proximité du cinéma dénommé Ukraine, en brandissant de nombreux drapeaux et banderoles aux couleurs bleu et jaune de l'Ukraine.

Des vidéos diffusées sur le site d'un autre média indépendant, Ukraïnska Pravda, laissaient entendre une foule crier Rentrez chez vous!, Rentrez chez vous tant que vous êtes encore vivants! ou Kherson, c'est l'Ukraine.

Les images diffusées montraient des militaires et des blindés présents aux abords de la manifestation, mais sans intervenir.

Une autre vidéo, mise en ligne par l'organisation Information résistante, créée en 2014 après l'annexion de la Crimée et l'occupation de territoires de l'est de l'Ukraine par des séparatistes prorusses, montrait des manifestants qui scandaient que les soldats russes sont des occupants fascistes.

À la fin de cette vidéo d'une minute, on entend ce qui semble être des tirs de sommation.

La ville de Kherson, proche de la Crimée, est la première grande ville dont se sont emparées les forces russes après leur invasion de l'Ukraine, le 24 février.

Samedi, plusieurs responsables ukrainiens, dont le ministre des Affaires étrangères Dmytro Kouleba, avaient accusé les Russes de vouloir y organiser un faux référendum afin d'y créer une fausse république populaire.

Durant ce conflit qui a opposé les séparatistes prorusses aux forces ukrainiennes dans l'est de l'Ukraine à partir de 2014, une partie des régions de Donetsk et de Lougansk se sont proclamées républiques populaires.

Moscou a formellement reconnu leur indépendance juste avant d'envahir l'Ukraine.

Des dizaines de personnes ont également manifesté en signe de soutien à l’Ukraine dimanche au centre-ville de Montréal. Une manifestation était également prévue le même jour à Belgrade, en Serbie.

Des manifestants brandissent des drapeaux ukrainiens et des pancarte en signe de soutien à l'Ukraine.

Des dizaines de personnes ont également manifesté leur soutien à l’Ukraine dimanche au centre-ville de Montréal.

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !