•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau programme possible pour stimuler le logement abordable à Winnipeg

Chargement de l’image

Ce bâtiment situé sur la rue Main, à côté de l'hôtel Bell, doit être transformé en 22 logements pour les Autochtones.

Photo : Google Street View

Radio-Canada

Le comité exécutif de Winnipeg débattra, mercredi prochain, de la mise sur pied d’un programme visant à encourager le logement abordable et la mixité sociale.

Intitulé Affordable Housing Now, le programme proposé veut entre autres faciliter l’accès au financement fédéral pour les organismes sans but lucratif et les développeurs.

Nous voulons créer des communautés qui sont complètes, équitables et abordables, plutôt qu’une ville où les gens qui ont certains niveaux de revenus vivent dans certains quartiers et d’autres qui ont des revenus plus élevés vivent dans d’autres quartiers, a expliqué le coordonnateur du logement à la Ville de Winnipeg, Noah Yauk, aux conseillers membres du comité directeur du logement, vendredi.

Dans la mesure du possible, nous devons créer une mixité dans tous les quartiers et les immeubles où on peut trouver une variété de revenus, a-t-il ajouté.

Le programme permettrait aux organismes et aux promoteurs immobiliers d’obtenir une aide financière additionnelle de la Ville, si leur projet respecte les critères pour l’obtention de fonds du gouvernement fédéral en matière de logement, notamment par l’entremise de l’Initiative pour la création rapide de logements (Nouvelle fenêtre) (ICRL) gérée par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

Ce programme fédéral a été lancé en 2020 pour encourager le développement rapide de logements abordables. Dans sa première phase, l’ICRL a accordé 12,5 millions de dollars à la Ville de Winnipeg dans son volet réservé aux grandes villes.

Des organismes, provinces, territoires et municipalités peuvent aussi déposer des demandes de projets. Ce volet était doté d’un budget de 500 millions de dollars pour l’ensemble du pays pour l’année 2020. La deuxième phase de l’ICRL, qui se termine en mars 2022 vise à augmenter d’au moins 4500 le nombre de logements abordables au pays.

À Winnipeg, des projets totalisant 466 logements ont reçu du financement de ce programme au cours de ces deux premières phases.

Membre du comité directeur sur le logement, la conseillère de Fort-Rouge East Garry Sherri Rollins rappelle que la relation avec le fédéral et la SCHL est forte et que la Ville peut tabler sur cette relation pour maximiser ses propres efforts en matière de logement abordable.

Le programme Affordable Housing Now permettrait ainsi à la Ville de Winnipeg de maximiser l’usage des fonds du fédéral en travaillant avec les organisations communautaires dans le développement de projets de logements, dit-elle.

Le programme favoriserait les projets sans but lucratif ainsi que les constructions dans le centre-ville. Il comprendrait des subventions de deux millions de dollars du gouvernement fédéral pour compenser des coûts de construction et prévoit des revenus de 50 millions de dollars en nouvelles taxes foncières.

Un projet pourrait être admissible au programme Affordable Housing Now si au moins 30 % des logements sont offerts à un taux maximum de 80 % du prix médian des logements locatifs, selon un rapport préparé pour le comité exécutif de Winnipeg (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Un rapport sur le marché locatif publié en février par la SCHL (Nouvelle fenêtre) indique que le loyer moyen d'un appartement de deux chambres à coucher à Winnipeg est de 1317 $ par mois.

Selon Noah Yauk, le programme aiderait End Homelessness Winnipeg à atteindre ses objectifs en matière de logement. Il pourrait aussi aider des organismes existants à obtenir du financement auquel ils ne peuvent accéder en ce moment.

Il y a beaucoup de fournisseurs de logements à Winnipeg, mais souvent ils n'ont pas beaucoup d'expérience dans le développement et la soumission de projets qui seront approuvés. Nous sommes très conscients qu’il y a un écart, ici, qui doit être comblé, explique Noah Yauk.

Avec ce financement, vous avez besoin de quelqu’un qui peut aider ces organismes dans ce processus, et ça devient très compliqué. Nous examinons donc des moyens d’offrir plus d’appuis, dit-il.

Le programme qui sera débattu au comité exécutif mercredi requiert aussi l’approbation du conseil municipal pour voir le jour.

Avec des informations de Samantha Samson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !