•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Carpentier : la population est en sécurité, dit la ministre Guilbault

Chargement de l’image

La vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault réitère sa confiance dans la SQ.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Chargement de l’image

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, assure que la population peut faire confiance à la Sûreté du Québec (SQ) dans des cas de disparition. En entrevue à l’émission Deux hommes en or à Télé-Québec, la ministre a été appelée à réagir aux révélations d’Enquête sur l’affaire Carpentier.

D'anciens policiers ont dénoncé une série de graves erreurs commises lors de l’opération de recherche pour retrouver Martin Carpentier et ses deux filles, qui ont disparu après un mystérieux accident sur l’autoroute 20 à Saint-Apollinaire en juillet 2020.

Ils ont notamment parlé d’un manque de ressources sur le terrain et d’une coordination déficiente.

La ministre s’est d’abord dite extrêmement perturbée par les témoignages de la mère des petites Norah et Romy Carpentier. Chaque fois, ça me brise le cœur.

En réponse aux questions de l’animateur Pierre-Yves Lord sur l’opération de recherche et sur l'abolition des unités d'urgence permanentes en 2019, Geneviève Guilbault s’en est remise à la direction de la Sûreté du Québec. L'organisation des ressources et la façon de travailler, les techniques d’enquête policière [...], ça relève du gestionnaire de la Sûreté du Québec, du directeur général de la SQ.

Elle a mentionné avoir nommé une nouvelle directrice générale depuis lors. Ça fera certainement partie des choses qu’elle va regarder.

Chargement de l’image

Johanne Beausoleil est la première femme à diriger la SQ.

Photo : Radio-Canada

Directrice générale par intérim depuis 2019, Johanne Beausoleil a été confirmée dans ses fonctions au début de février.

Après avoir fait savoir qu’elle voulait voir le reportage avant de commenter, la SQ s’est ravisée. Après la diffusion de votre reportage, nous avons convenu que nous ne commenterons pas davantage l'événement de Saint-Apollinaire, a-t-on répondu par courriel.

Toutefois, dans une note interne envoyée jeudi soir aux employés tout de suite après le reportage, la Sûreté du Québec se félicite de l’opération de recherche effectuée à Saint-Apollinaire en juillet 2020.

Dans ce long message, elle maintient avoir fait tout ce qu’elle pouvait lors de l’opération de recherche pour retrouver les deux sœurs Carpentier et leur père.

Chargement de l’image

Le siège de la Sûreté du Québec, rue Parthenais, à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le cabinet de la ministre Guilbault avait refusé de commenter le dossier puisque de potentielles poursuites ont été évoquées à plusieurs reprises.

Le 8 juillet 2020, Martin Carpentier a disparu avec ses filles Norah et Romy après avoir eu un accident sur l'autoroute 20 à Saint-Apollinaire. Il s'est enfui dans les bois où, environ 18 heures plus tard, selon le rapport de la coroner, il les a tuées avant de s'ôter la vie.

Les corps de Norah et de Romy ont été retrouvés trois jours après l’accident et celui de Martin Carpentier a été découvert neuf jours plus tard.

Chargement de l’image

Martin Carpentier et ses filles

Photo : Élianne Bouchard photographe

La ministre Guilbault a mentionné, lors de son passage à Deux hommes en or, qu’elle faisait tout pour améliorer la coordination et la réaction [...] quand il y a un cas de disparition d’une personne mineure. Je travaille là-dessus.

Elle faisait ainsi référence à une recommandation de la coroner en ce qui concerne la création d’une unité spécialisée en disparitions, une mesure réclamée depuis longtemps. Dans son plan d’action en réponse aux recommandations du rapport de la coroner, la SQ dit collaborer avec le ministère de la Sécurité publique sur ce projet.

Par ailleurs, Mme Guilbault promet une annonce imminente à propos de son engagement à donner plus de pouvoir aux policiers en vue d’obtenir des informations dans des cas de disparition.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !