•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : des experts albertains misent sur la prudence pour les jeunes enfants

Chargement de l’image

Les enfants de moins de cinq ans ne sont pas admissibles au vaccin contre la COVID-19.

Photo : getty image/istockphoto

Radio-Canada

Le retour à la normale s’amorce en Alberta, mais des experts estiment que la prudence est toujours de mise pour les parents de jeunes enfants.

La pandémie n’est pas terminée. Les enfants tombent encore malades [...] et sont toujours hospitalisés, avertit d’entrée de jeu le pédiatre à l’Hôpital pour enfants Stollery à Edmonton, Sam Wong.

La province est une des premières au Canada à avoir abandonné la presque totalité de ses mesures sanitaires. Mais le pédiatre s’inquiète de l’impact de cette décision sur les enfants de moins de cinq ans qui ne sont toujours pas admissibles à recevoir un vaccin contre la COVID-19.

La majorité des enfants s’en tireront bien. On le sait, rassure-t-il. Néanmoins, il revient aux parents d'évaluer leur niveau de confort associé aux risques de voir son enfant contracter la maladie.

C’est comme un lancer de dé, compare celui qui est aussi le président de la section pédiatrique de l’Association médicale de l’Alberta. Mais comment allez-vous vous sentir si votre numéro apparaît et que votre enfant tombe malade et se retrouve à l’hôpital.

Un spécialiste en maladie infectieuse à l’Hôpital pour enfant de Calgary, Jim Kellner, observe les tendances liées aux virus. La cinquième vague Omicron décline en Alberta, toutefois, Jim Kellner entrevoit cette information dans un mélange d'appréhension et d'espoir.

Il y a encore des raisons pour faire preuve de prudence même si on allège les restrictions, soulève-t-il.

Notamment, le fréquence du sous-variant plus transmissible d’Omicron, le BA.2, augmente en Alberta. Les résultats des tests de dépistages à la COVID-19 dénombrent aussi des centaines de nouveaux cas par jour. En outre, le taux de reproduction (Rt) recommence à grimper doucement, selon le spécialiste en médecine infectieuse.

Je suis un peu inquiet [que cette augmentation] soit stimulée par [le sous-variant] BA.2. Il se peut aussi qu’elle le soit par l’abandon des mesures destinées à réduire la transmission.

Le spécialiste reste optimiste quand même : nous nous stabilisons peut-être à un niveau plus bas, ce qui est bien.

Évaluer son confort

Jim Kellner suggère aux parents de continuer de garder leurs enfants à la maison s’ils sont un peu malades. Il recommande aussi le port du masque chez les plus jeunes dans les environnements à plus haut risque où les gens sont rassemblés à l’intérieur pendant une longue période.

Sam Wong abonde dans le même sens, mais indique aux parents plus craintifs de suivre les mêmes consignes des deux dernières années. Continuez à utiliser le masque dans les espaces publics, mentionne-t-il à titre d’exemple.

Il n’y a pas de chronologie claire actuellement pour déterminer si un vaccin contre la COVID-19 sera approuvé par le gouvernement canadien pour les enfants de moins de cinq ans.

Plus de 4000 décès liés à la maladie

Dans son bilan sanitaire de vendredi, l'Alberta que la province enregistre désormais plus de 4000 décès liés à la COVID-19 depuis le début de la pandémie.

Les 11 décès des 24 h que touchent le bilan portent le total de personnes ayant perdu la vie après avoir contracté la COVID-19 à 4003.

Néanmoins, la situation dans les hôpitaux albertains semble se résorber. Vendredi, 1045 personnes sont hospitalisées et atteintes de la COVID-19, soit 22 de moins que la veille.

L’Alberta a également dénombré 473 nouvelles infections sur son territoire. Le taux de positivité est de 18,77 % pour les résultats de tests confirmés en laboratoire pour les 24 heures du bilan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !