•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À la rencontre de ceux qui transmettent l’anishinaabemowin à la prochaine génération

Trois personnes.

Ces enseignants d'anishinaabemowin font tout en leur pouvoir pour transmettre leurs connaissances, alors que ceux qui parlent la langue couramment se font de plus en plus rares.

Photo : Radio-Canada

Des professeurs d’anishinaabemowin du Nord de l’Ontario redoublent de créativité et d’efforts pour transmettre la langue à la prochaine génération.

C'est la langue maternelle de certains, mais d'autres l'ont apprise à l'âge adulte. Ces enseignants misent sur les technologies modernes pour atteindre le plus d’étudiants possible.

Environ 28 000 personnes parlent couramment cette langue autochtone à travers l’Ontario, le Québec et le Manitoba.

Pourtant, le matériel d’enseignement est plutôt limité, comme l’a constaté Sandra Peltier lorsqu’elle a commencé à enseigner en 1986.

Sandra dans sa tenue de finissante.

Sandra Peltier a commencé sa carrière d'enseignante en 1986.

Photo : Radio-Canada / Sandra Peltier

Je suis arrivée dans mon bureau : il était vide. Il n’y avait aucun matériel existant pour notre langue, se souvient cette résidente de la communauté de Wiikwemkoong, sur l’île Manitoulin.

« Il y avait tellement de choses à développer et à créer. Mais à travers ce processus, et à travers les années, je suis tombée amoureuse de l’anishinaabemowin. »

— Une citation de  Sandra Peltier, gestionnaire de programme pour le conseil scolaire de Wiikwemkoong

En plus de 30 ans de carrière, Mme Peltier a accumulé considérablement de matériel d’enseignement.

Sandra et des élèves.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sandra Peltier et sa classe d'élèves de 3e secondaire

Photo : Sandra Peltier

Aujourd’hui, elle travaille avec une équipe de graphistes pour développer les programmes de langue pour tous les étudiants de sa communauté.

Elle travaille également à la création d’une bibliothèque de livres en anishinaabemowin, en plus d’être régulièrement disponible pour appuyer les membres de sa communauté dans leurs efforts de traduction.

L’anishnaabemowin comme langue seconde

Jessica Shonias a également l’impression d’avoir commencé de zéro lorsqu’elle a obtenu un poste d’enseignante avant la pandémie.

Jessica et son ordinateur.

Jessica Shonias enseigne la langue virtuellement depuis le début de la pandémie.

Photo : Jessica Shonias

Chaque semaine, elle accompagne les employés de Niigaaniin, une organisation autochtone, dans leur apprentissage de la langue.

L’idée, c’est que si les employés parlent la langue, ces connaissances seront transmises dans les communautés desservies, explique-t-elle.

« Mais c’est extrêmement difficile. Occuper un emploi à temps plein complique l’apprentissage d’une langue menacée. Il n’y a pas autant d’occasions que pour d’autres langues, comme le français ou l’espagnol. »

— Une citation de  Jessica Shonias, enseignante d'anishinaabemowin

Un autre défi à surmonter est d’enseigner la langue lorsqu’on est soi-même en processus d’apprentissage.

L’idéal serait d'avoir quelqu'un dont l’anishinaabemowin est la langue maternelle. Malheureusement, il manque cruellement d’enseignants.

Blair Beaucage entendait les membres plus âgés de sa communauté parler anishinaabemowin lorsqu’il était plus jeune, mais il ne comprenait pas la langue.

« J’ai toujours voulu parler ma langue. Avoir des enfants m’a poussé à m’y mettre sérieusement. »

— Une citation de  Blair Beaucage, enseignant d'anishinaabemowin

Quand ma fille est née, je pouvais lui parler jusqu’à un certain point. Mais on ne pouvait pas aller en profondeur. Alors maintenant je passe la grande majorité de mon temps à étudier, raconte-t-il.

Blair et un micro.

Blair Beaucage habite à Garden Village, sur le territoire de la Première Nation de Nipissing.

Photo : Radio-Canada / Aya Dufour

Cet enseignant de la Première Nation Nipissing se branche chaque semaine pour offrir des cours de débutant en ligne à un groupe d’élèves dispersés dans différentes communautés.

Les aînés et la nouvelle génération

Selon Jessica Shonias, l’âge moyen de ceux qui parlent l’anishinaabemowin comme langue maternelle se situe quelque part entre 60 et 80 ans.

« Nous allons voir cette génération disparaître de notre vivant. »

— Une citation de  Jessica Shonias, enseignante d'anishinaabemowin

Une réalité que Sandra Peltier connaît bien, ayant grandi avec l’anishnaabemowin. Quand je retournerai dans le monde spirituel, j’emporterai ma langue avec moi. Je veux être certaine de tout faire pour la transmettre avant de partir. 

Pour assurer la survie de la langue, il faut que les écoles soient dotées de programmes d’anishinaabemowin, selon elle.

Blair Beaucage abonde dans le même sens. Il y a 70 ans, tout le monde ici parlait ojibwé, dit-il en regardant autour de lui. Aujourd'hui, plus personne ne le parle.

« J’ai l’impression qu’il n’y a pas suffisamment de nouveaux locuteurs d’anishinaabemowin pour assurer la continuité de la langue. Il faut que les choses changent. »

— Une citation de  Blair Beaucage, enseignant d'anishinaabemowin

Il affirme que l’enseignement en ligne a permis de joindre plus d’étudiants, et que cet outil a du potentiel.

Apprendre par l’immersion

Sandra Peltier affirme que l’anishinaabemowin ne peut pas être enseigné comme l’on enseigne l’anglais.

« Notre langue est composée à 80 % de mots d’actions. On doit vivre la langue pour réellement comprendre le sens des mots. »

— Une citation de  Sandra Peltier, gestionnaire de programme pour le conseil scolaire de Wiikwemkoong

Pour Jessica Shonias, qui a appris la langue alors qu’elle était dans sa vingtaine, un camp d’immersion linguistique au Minnesota a fait toute la différence.

Interdit d’utiliser l’anglais : pas de téléphones, de médias sociaux, de prénoms anglais. J’ai souffert pendant trois semaines, je n’étais pas prête, se souvient-elle.

Mais c’est à partir de là que les choses ont commencé à se concrétiser pour moi, après des années de classes et peu de progrès, c’était un miracle, ajoute Mme Shonias.

Un enthousiasme croissant pour la langue

De jour, Jed Meltzer accompagne des patients atteints de lésions cérébrales dans leur réapprentissage de la langue.

De soir, il collabore avec des experts d’anishinaabemowin pour créer un logiciel d’apprentissage de la langue.

Il cherche à démontrer que ces outils peuvent contribuer à la survie des langues autochtones au Canada.

Ces logiciels sont particulièrement efficaces pour les étudiants d’âge adulte, affirme-t-il.

« Les aînés parlent couramment la langue, et les plus jeunes ont peut-être la chance d’être dans un programme bilingue. Mais les parents, qui appartiennent à cette génération entre les deux, sont laissés pour compte. »

— Une citation de  Jed Meltzer, premier scientifique au centre de soins gériatrique Baycrest

Pour qu’une langue s’épanouisse, elle doit être parlée par toute la famille, conclut-il.

M. Meltzer est convaincu qu’il y a enthousiasme croissant pour apprendre la langue dans les communautés allochtones.

Pour Jessica Shonias, l’implication des communautés francophone et anglophone est essentielle.

Tout le monde devrait apprendre cette langue, pas seulement les Anichinabés . Ceux qui se trouvent en territoire anichinabé devraient parler la langue, affirme-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...