•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3500 employés du secteur public au N.-B. recevront leur salaire rétroactif en retard

Chargement de l’image

Les membres du Syndicat canadien de la fonction publique, en grève l'automne dernier, ont finalement signé un contrat de travail qui prévoyait des paiements rétroactifs.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Radio-Canada

Tous les employés devaient être payés avant le 14 mars, mais pour plusieurs, ce ne sera pas le cas.

Fredericton ne versera pas les augmentations de salaires rétroactives à 3500 de ses employés, même si la loi l'obligeait à le faire avant le 14 mars, soit lundi prochain.

Le gouvernement a signé 11 conventions collectives avec 22 000 de ses employés, en décembre dernier. Ces ententes prévoyaient des paiements rétroactifs, pour les salaires remontant, dans plusieurs cas, à 2017.

Selon la loi, le gouvernement a jusqu’au 14 mars, soit lundi prochain, pour verser ces paiements aux employés. Il s’agit de paiements qui s’élèvent à plusieurs milliers de dollars pour chaque employé.

Jusqu’ici, selon une porte-parole du ministère des Finances, la majorité des 22 000 employés aurait reçu son paiement rétroactif.

Chargement de l’image

3500 membres du SCFP devront patienter encore avant de recevoir le paiement rétroactif auquel ils ont droit.

Photo : Radio-Canada / Jérémie Tessier-Vigneault

Toutefois, 3500 employés ne recevront pas leur chèque avant la date limite. Le gouvernement a donc demandé une extension, afin d’effectuer le versement plus tard.

Au gouvernement, on explique le retard par le niveau plus élevé que d’habitude de dossiers à traiter. Des ressources supplémentaires ont été allouées au service de la paie, mais cela n’a pas été suffisant.

Les employés doivent effectuer les calculs individuels manuellement.

« Je demande du temps, et de la patience. »

— Une citation de  Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

L’extension demandée par le gouvernement irait jusqu’au 1er juillet 2022. Cela semble trop, selon le premier ministre. Je vais poser la question, pourquoi ça prend autant de temps, le premier juillet, ça me semble long, alors que la date limite était le 14 mars, s’interroge le premier ministre.

Chargement de l’image

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick, demande aux employés qui attendent toujours leur paiement rétroactif d'être patients.

Photo : Radio-Canada

Du côté syndical, on demande maintenant une date précise pour le versement des paiements rétroactifs.

Nous on exige que le gouvernement fasse ce qui est nécessaire pour accélérer le processus, parce que c’était très prévisible, s’indigne Simon Ouellette, porte-parole du Syndicat canadien de la fonction publique, Nouveau-Brunswick.

Par communiqué, les libéraux ont dénoncé ce retard, qu’ils considèrent comme un manque de respect pour les milliers d’employés touchés.

Il s'agit d'une tentative du gouvernement Higgs de punir les travailleurs et travailleuses pour avoir fait la grève l'an dernier, estime le chef de l'Opposition officielle, Roger Melanson.

Avec les informations d'Alix Villeneuve

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !