•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yvan Truchon reconnu coupable d’avoir sollicité les services sexuels d’une mineure

Chargement de l’image

Sur cette photo tirée d'une vidéo, Yvan Truchon était interrogé par les policiers.

Photo : Document de cour

Radio-Canada

L'Almatois Yvan Truchon a été reconnu coupable d'avoir sollicité les services sexuels d'une mineure.

Le verdict a été rendu vendredi en début d'après-midi au palais de justice de Chicoutimi par le juge Pierre Simard. Il avait mis la cause en délibéré le 3 février.

Yvan Truchon avait été arrêté le 12 mars 2020 dans une chambre de l'hôtel Le Montagnais, à Chicoutimi.

Croyant échanger par textos avec une prostituée, il avait plutôt fait affaire avec une agente d'infiltration de la Sûreté du Québec qui lui avait indiqué avoir 16 ans.

Lors du procès, la défense de son avocat, Me Jean-Marc Fradette, avait consisté à dire qu'il ne l'avait pas crue, car le site Internet où il avait commencé à prendre contact était réservé aux 18 ans et plus.

C'est finalement la version de l'avocate de la Direction des poursuites criminelles et pénales (DPCP), Nicole Ouellet, qui a été retenue. Selon elle, le fait qu'il avait longuement hésité à se rendre à la chambre après avoir appris qu'elle avait 16 ans, ce qui lui a été indiqué à trois reprises, prouvait qu'il était conscient de ses gestes.

L'acte d'accusation mentionne qu'il est interdit de communiquer avec quiconque en vue d'obtenir des services sexuels d'une personne âgée de moins de 18 ans moyennant rétribution.

La Couronne satisfaite

La représentante du DPCP était heureuse du dénouement.

On est satisfait en tenant compte de la preuve présentée et en tenant compte du jugement. On considère effectivement qu’il y avait une preuve hors de tout doute raisonnable de la culpabilité de monsieur. [...] Ce que le juge a retenu, c’est que M. Truchon a fait de l’aveuglement volontaire sur le fait qu’il savait qu’elle avait 16 ans puisque clairement dans les textos, il était indiqué à trois reprises que la personne était âgée de 16 ans, a commenté Me Ouellet à la sortie de la salle de cour.

Après le prononcé du verdict, Me Fradette a fait savoir qu'il déposerait une requête pour piège policier le 1er avril.

Un homme innocent a été trouvé coupable aujourd’hui. C’est le premier commentaire qui me vient. Le client va sur un site adulte pour avoir une adulte et il s’agit qu’une policière écrive dans des textos qu’elle a 16 ans et on prend pour acquis que l’accusé veut quand même une fille de 16 ans, alors qu’il est clair qu’il n’a jamais demandé ou souhaité une fille de 16 ans, a déploré l'avocat de la défense.

La cause sera de retour en cour le 25 avril.

Avec les informations de Roby St-Gelais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !