•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Justin Trudeau termine sa tournée européenne avec de nouvelles sanctions

Justin Trudeau s'adresse aux médias.

Justin Trudeau en Pologne, jeudi

Photo : AFP / JANEK SKARZYNSKI

Radio-Canada

Le premier ministre Justin Trudeau a conclu vendredi sa tournée européenne à Varsovie, en Pologne, où il a annoncé l'application de nouvelles sanctions contre des oligarques russes.

Il est aussi passé par le Royaume-Uni, la Lettonie, et l’Allemagne dans les derniers jours.

Roman Abramovitch, un important actionnaire de la multinationale britannique Evraz, est l'un des cinq oligarques de la Russie dont le nom fait nouvellement partie de la liste des cibles de sanctions canadiennes, en raison des liens étroits qu'ils entretiennent avec le président russe, Vladimir Poutine.

Evraz gère notamment des aciéries en Saskatchewan et en Alberta.

Ces personnes seront empêchées de faire des affaires au Canada et leurs avoirs seront gelés, a ajouté le premier ministre. Les travailleurs d’Evraz au Canada ne seront cependant pas affectés par ces sanctions, a-t-il assuré.

Les cinq oligarques sont des hauts fonctionnaires et associés, actuels et anciens, du régime russe, considérés par le gouvernement canadien comme complices de la décision du président Poutine d'envahir un pays pacifique et souverain, selon un communiqué du bureau du premier ministre canadien.

Selon le gouvernement du Royaume-Uni, Roman Abramovitch se sert de son rôle au sein d'Evraz pour contribuer à déstabiliser l'Ukraine pendant l'invasion du pays par les militaires russes. Londres l'a déjà sanctionné pour ses liens avec le Kremlin.

En outre, M. Trudeau a annoncé vendredi des sanctions contre 32 sociétés militaires russes. Celles-ci ne pourront obtenir d’équipement ou d’approvisionnement canadien sous quelque forme que ce soit, a déclaré le premier ministre.

Ces mesures s'ajoutent aux nombreuses sanctions prises par le gouvernement canadien depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie fin février.

En ce qui a trait à la possibilité pour le Canada d’approvisionner l’Europe en pétrole et en gaz afin de la rendre moins dépendante de la Russie, Justin Trudeau a écarté l’idée à court terme. Le Canada n’a pas actuellement l’infrastructure nécessaire, a-t-il expliqué. Ça ne peut pas faire partie de la solution immédiate.

En Pologne, le premier ministre a également annoncé 50 millions de dollars d'aide humanitaire et 117 millions pour la mise en œuvre de mesures d'immigration visant à accueillir des Ukrainiens au Canada.

D'autre part, le premier ministre Trudeau n'a pas exclu la mise en place d'un couloir aérien permettant à des réfugiés ayant fui l'Ukraine et qui voudraient quitter l'Europe de trouver asile au Canada.

Jeudi, le président polonais Andrzej Duda lui a dit que, chaque jour, 100 000 Ukrainiens qui fuient leur pays dévasté par la guerre trouvent refuge en Pologne.

M. Trudeau a paru être au bord des larmes à quelques reprises lorsqu'on lui a fait rencontrer certains de ces réfugiés dans un hôtel de Varsovie.

Pour moi, d’avoir pu m'asseoir avec eux […] ça a renforcé ma détermination à faire tout ce qu’on peut pour les aider, a-t-il déclaré vendredi.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !