•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’inflation même dans les véhicules d’occasion

Des voitures d'occasion dans le stationnement d'un concessionnaire automobile.

Selon Daniel Ross, analyste principal à Canadian Black Book, le marché pourrait s’améliorer en 2023.

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada

Les personnes qui envisagent de s’acheter une automobile de seconde main dans le but d’économiser devront peut-être revoir leur stratégie. En raison de la pénurie mondiale de puces électroniques utilisées dans les automobiles neuves, les véhicules d'occasion se vendent plus cher qu’auparavant.

Selon le site de vente et d’achat automobiles Canadian Black Book, le prix d’une voiture d’occasion a augmenté en moyenne de 34 % par rapport à 2021.

Ainsi, une automobile de seconde main qui se vendait 24 000 $ l’année dernière se vend maintenant 32 000 $.

Les véhicules se vendent plus cher qu'auparavant [...] Certains de nos clients ont acheté des véhicules et les ont mis sur le marché immédiatement après, surtout des automobiles plus chères et moins communes. C'est un monde fou, explique Ian Kay, directeur des ventes à Glenmore Audi à Calgary.

Il indique que, pour maintenir un certain stock de véhicules d’occasion, son établissement appelle parfois des clients pour savoir s’ils ont une voiture à vendre, à échanger ou un contrat qui arrive à échéance. Dans certains cas, des gens se présentent spontanément pour tenter de vendre leur véhicule.

Selon Ian Kay, Glenmore Audi aurait en temps normal 80 voitures d'occasion à vendre. Ce nombre est passé à 20 aujourd’hui. C'est un défi. Nous devons être créatifs, c'est sûr.

Il mentionne que certains concessionnaires font des efforts considérables pour conserver leur stock d’automobiles. Certains établissements refusent de vendre leurs véhicules à moins que le client ne procède à un échange.

Selon Daniel Ross, analyste principal à Canadian Black Book, le commerce transfrontalier nuit au stock des concessionnaires au Canada. Le nombre de camions baisse parce que les véhicules prennent la direction des États-Unis en raison du taux de change favorable et d’un marché lucratif.

« Aux États-Unis, il y a des stocks et des achats [de véhicules] élevés. »

— Une citation de  Daniel Ross, analyste principal à Canadian Black Book

[Les concessionnaires] doivent vendre quelque chose. Alors si personne ne peut obtenir de nouvelles voitures, ils se tournent vers les voitures d'occasion, dit-il. Lorsque cette source se tarit, les concessionnaires se tournent vers le marché canadien pour trouver des voitures à vendre.

Revoir la stratégie

Daniel Ross explique que d’autres concessionnaires passent au peigne fin les annonces d’automobiles publiées sur Facebook ou Kijiji pour refaire leur stock.

Ils font tout ce qu'ils peuvent pour essayer de trouver des véhicules. C'est un phénomène dont nous avons entendu parler.

Daniel Ross estime que le marché ne pourrait reprendre son cours normal qu'en 2023, si le conflit en Ukraine n'exacerbe pas la situation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !