•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’UE veut doubler son aide militaire à l’Ukraine, malgré les avertissements de Moscou

Josep Borrell est penché au-dessus d'une table de réception.

Josep Borrell, chef de la diplomatie européenne, au palais de Versailles, le 11 mars 2022.

Photo : afp via getty images / Sarah Meyssonnier

Radio-Canada

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a proposé vendredi, lors du sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'UE réunis à Versailles, de doubler le financement européen pour armer l'Ukraine, malgré les mises en garde de Moscou.

M. Borrell a annoncé avoir proposé 500 millions d'euros supplémentaires pour des armements en soutien à l'armée ukrainienne. Je suis certain que les dirigeants vont la soutenir, a-t-il ajouté.

Les financements proviennent d'un fonds spécial doté de 5 milliards d'euros, créé et alimenté par les États membres hors du budget communautaire. L'utilisation de ces fonds est décidée à l'unanimité, mais les gouvernements ont la possibilité de s'abstenir pour ne pas bloquer la décision.

Ce fonds, offert aux pays qui ne peuvent accepter de livrer directement des armes à un pays en guerre, a permis de débloquer fin février une première enveloppe de 500 millions d'euros, une aide inédite dans l'histoire européenne pour du soutien militaire.

L'argent du fonds, appelé Facilité européenne pour la paix, est utilisé pour rembourser les fournitures d'armements prélevées par les États membres sur leurs propres stocks.

Les matériels doivent figurer sur la liste des armements demandés par l'Ukraine et les remboursements sont rétroactifs au 1er janvier 2022, a expliqué un responsable européen.

Le gouvernement espagnol a pour sa part annoncé vendredi l'envoi prochain de nouvelles armes à l'Ukraine pour l'aider à faire face à l'invasion russe, sans toutefois préciser leur nature.

Si vraiment nous voulons aider l'Ukraine [...], moins nous parlons de cet armement, de sa nature, de la façon dont il entre en Ukraine, mieux c'est, a indiqué le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares.

Des livraisons dangereuses

Le gouvernement ukrainien a formulé des demandes très précises de matériel que les combattants sont capables d'utiliser, notamment des systèmes de défense antiaérienne et des armes antichars, utilisés avec succès pour freiner la progression des troupes russes et les priver de la suprématie aérienne.

Les armements sont acheminés de manière coordonnée en Pologne, qui a accepté d'être la plaque tournante de l'aide militaire au gouvernement ukrainien, puis sont transférés en Ukraine.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a averti jeudi que ces livraisons étaient dangereuses et a lancé une menace voilée aux Occidentaux.

« Ceux qui gorgent d'armes l'Ukraine doivent bien sûr comprendre qu'ils porteront la responsabilité de leurs actes. »

— Une citation de  Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères

Les dirigeants des Vingt-Sept ont par ailleurs fait savoir à l'Ukraine vendredi qu'ils rejetaient toute possibilité d'une adhésion rapide du pays à l'UE. Ils ont cependant ouvert la porte à des liens plus étroits.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...