•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cryptomonnaies : une entreprise camerounaise soupçonnée de fraude divise la diaspora

Une illustration avec des jetons bitcoins, du code binaire et une main.

Les paiements en cryptomonnaie sont idéaux pour les fraudeurs, car les transactions sont difficilement traçables.

Photo : Getty Images / Cemile Bingol

Depuis quelques mois sur les réseaux sociaux, des tensions se font sentir entre des Canadiens qui ont investi dans l’entreprise camerounaise Global Investment Trading (GIT). Certains investisseurs disent avoir été victimes de fraude et portent plainte, tandis que d’autres souscripteurs font encore confiance à cette firme.

Des agences canadiennes et africaines de réglementation financière ont par ailleurs lancé des alertes pour représentations frauduleuses visant GIT et le site Liyeplimal, qui héberge une cryptomonnaie appelée limocoin.

La société Global Investment Trading promet des rendements hebdomadaires allant de 2 à 37 % qui seraient garantis en fonction des plans d’investissement choisis et tirés de la négociation de cryptomonnaies sur le site Web Liyeplimal.net.

Sabine Ntsama affirme avoir investi 146 000 $ dans l’achat de packs (plans d'investissement) Liyeplimal, une somme qu’elle ne peut plus récupérer. En effet, il lui a tout d’abord été impossible d’effectuer les retraits promis par la compagnie. Depuis décembre, personne ne peut plus rien faire. L’onglet "retraits" n’apparaît plus, dit-elle.

Ensuite, son compte a été suspendu après qu’elle eut dénoncé certaines irrégularités du système et relayé sur les réseaux sociaux les alertes des agences de régulation financière canadiennes telles que l’Autorité des marchés financiers du Québec, lancées contre Liyeplimal.

Je me suis fait avoir parce qu’ils ont utilisé un système de marketing de réseaux. Ce sont les personnes en qui vous avez confiance qui vous approchent.

Une citation de Sabine Ntsama, résidente de Montréal

Mme Ntsama affirme avoir également été exclue des groupes créés sur l'application de messagerie WhatsApp par des mentors. Ceux-ci sont également des investisseurs qui sont en contact direct avec la compagnie et qui promeuvent l’achat des packs sur Liyeplimal. Elle affirme avoir fait l'objet de menaces et d’intimidation parce qu’elle a dénoncé cette situation.

Sabine Ntsama fixe la caméra du regard. Ses cheveux sont bouclés.

Sabine Ntsama vit dans la région québécoise de la Montérégie.

Photo : Sabine Ntsama

Mme Ntsama a porté plainte auprès de plusieurs agences gouvernementales telles que l’Autorité des marchés financiers du Québec et le Service de police de Longueuil pour complicité de fraude et d’arnaque contre ceux qu’elle désigne comme étant les responsables, que ce soit de près ou de loin, de la vente des cryptoactifs sur Liyeplimal.

La police de Longueuil ne veut ni confirmer ni infirmer qu'une enquête est en cours en raison du caractère confidentiel de l'identité des plaignants.

En Ontario, d’autres personnes qui se disent victimes de fraude à l’investissement par la compagnie Global Investment Trading ont refusé de participer à ce reportage si on ne leur garantissait pas l'anonymat.

L'entreprise elle-même n’a pas répondu à nos demandes d’entrevue par courriel.

Richard Engoulou vit à Toronto. Il fait partie des investisseurs de la plateforme de cryptoactifs Liyeplimal. Il reconnaît avoir organisé des rencontres entre des investisseurs et la compagnie GIT lorsqu’un grand nombre de personnes ont commencé à s’y intéresser. Chaque fois qu’il y a eu quelque chose, j’étais celui qui demandait à la compagnie de venir parler à notre communauté [d’investisseurs], raconte-t-il.

M. Engoulou explique que le fait qu'il se soit engagé à aider la communauté d'investisseurs de Liyeplimal a causé un quiproquo, si bien que certains souscripteurs de Liyeplimal croient qu’il représente cette entreprise au Canada. Or, il n’y a pas de bureau de Liyeplimal au Canada, dit-il.

Ce Torontois ajoute qu'il voulait tout simplement aider : Je m’y connais un peu en cryptomonnaies. Puisque Liyeplimal parlait de cryptomonnaies et de chaînes de blocs, c’est dans ce cadre-là que j’ai commencé à éduquer la communauté.

Pour investir sur cette plateforme, il faut souscrire sous l’égide d’un mentor et verser un montant à l'achat de packs de jetons numériques. Dans la chaîne de détenteurs de packs, plus la somme investie est élevée, plus le premier mentor reçoit des bénéfices ou monte en grade, comme dans une pyramide. Or, au Canada, les ventes pyramidales ou en paliers sont interdites, selon le Bureau de la concurrence du Canada.

Je suis entré à un palier inférieur. Chaque fois que quelqu’un vous parle d'une occasion à saisir, vous avez le choix d’entrer ou de ne pas entrer.

Une citation de Richard Engoulou, résident de Toronto
  • Les escroqueries en matière d'investissements sont celles qui ont été le plus signalées en 2021 en ce qui concerne les pertes en dollars.
  • Les victimes d'escroqueries en matière d'investissements ont déclaré au Centre antifraude du Canada (CAFC) des pertes totales de 163,9 millions de dollars.
  • Dans la plupart des cas, les possibilités d'investissement offrent des rendements supérieurs à la normale ou à la réalité monétaire, ce qui fait en sorte que les investisseurs perdent souvent la majeure partie, voire la totalité, de leur argent.

Source : Centre antifraude du Canada

Liyeplimal sur l'écran radar des autorités canadiennes en valeurs mobilières

Liyeplimal figure sur la liste des alertes aux investisseurs des Autorités canadiennes en valeurs mobilières.

L’été dernier, l’Autorité des marchés financiers du Québec (AMF) ainsi que la Commission des valeurs mobilières de la Colombie-Britannique ont émis une alerte pour représentations frauduleuses auprès des consommateurs à propos de Global Investment Trading et des investissements sur son site Liyeplimal.

Les deux agences ont averti les résidents canadiens que cette compagnie fait des représentations frauduleuses et n’a pas le droit d’agir à titre de courtier ou de conseiller en valeurs mobilières ou dérivées dans leur province respective.

De même, la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale annonce que GIT fait partie d’une liste de sociétés qui font des campagnes frauduleuses de collecte de fonds du public et de placements.

Le directeur des relations médias à l’Autorité des marchés financiers du Québec, Sylvain Théberge, affirme que cette agence de régulation est fort préoccupée : On est même atterrés par la multiplication de ces plateformes frauduleuses et de l’intérêt que plusieurs personnes y portent avant même de s’informer convenablement.

M. Théberge explique que la stratégie employée par les plateformes frauduleuses vise à appâter les investisseurs par un discours qui porte ces personnes à croire qu’elles sont privilégiées d’en faire partie. C’est visiblement le nouveau terrain de prédilection des fraudeurs [...] avec des courriels frauduleux et des approches mensongères, dit-il.

Vous mettez un petit montant, entre 400 et 600 $. Et là, ça fonctionne. On vous montre des graphiques. Soudainement, on vous dit : "Maintenant, on va passer à une autre étape [...]. Vous souhaitez faire de l’argent? Alors, il faut mettre des montants supplémentaires."

Une citation de Sylvain Théberge, directeur des relations médias et des affaires publiques à l’Autorité des marchés financiers

Pour M. Théberge, la tâche des régulateurs financiers s’annonce ardue et nécessite des dénonciations de la part des victimes. Selon lui, il est extrêmement complexe de retracer l’argent investi sur une plateforme de cryptoactifs frauduleuse. En une fraction de seconde, votre argent peut être rendu à l’autre bout du monde.

On fait de la cybersurveillance. On intervient sur les marchés. Croire que le régulateur peut tout voir, tout arrêter, c’est une fausse sécurité et ça ne correspond pas à la réalité. Donc, on a besoin de dénonciations pour couvrir un dossier et pour pouvoir intervenir.

Une citation de Sylvain Théberge, directeur des relations médias et des affaires publiques à l’Autorité des marchés financiers

La Commission des valeurs mobilières de l’Ontario ainsi que l’Autorité des marchés financiers du Québec n’ont pas voulu préciser la nature des mesures qui seront prises contre les responsables de Global Investment Trading et contre leurs collaborateurs parce que le processus reste confidentiel afin de protéger les personnes qui portent plainte.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Ontario

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ontario.