•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La province et Prairie Harm Reduction lancent un programme contre la toxicomanie

La façade du centre d'injection Prairie Harm Reduction de Saskatoon. Automne.

Le nouveau programme veut offrir aux jeunes en situation à risque un milieu familial et sans jugement. (archives)

Photo : Radio-Canada / Trevor A Bothorel

Radio-Canada

Le gouvernement provincial et le centre d’injection supervisée de Saskatoon, Prairie Harm Reduction, lancent conjointement un nouveau programme pour aider les jeunes en situation de dépendance.

Dans un communiqué publié par la province, la directrice générale de Prairie Harm Reduction, Kayla DeMong, indique que ce programme, baptisé Michael’s place, est une maison destinée aux jeunes de 16 ans et plus qui ont du mal à se loger en raison de la consommation de drogues.

L’établissement pourra accueillir jusqu’à 5 jeunes hommes dans un milieu de vie semi-indépendant, sûr et stable en utilisant un modèle de réduction des méfaits, souligne quant à lui le gouvernement.

Selon le communiqué, les hôtes auront accès 24 heures sur 24 à des services qui garantissent leurs besoins physiques, émotionnels, spirituels et culturels.

Le nouveau programme veut offrir aux jeunes en situation à risque un milieu familial et sans jugement, avec des soutiens pour résoudre les problèmes de santé mentale et de dépendance, tout en se préparant à leur transition vers l'indépendance.

Selon la ministre des Services sociaux, Lori Carr, ce type de soutien est nécessaire à Saskatoon pour les jeunes qui ont eu des difficultés à se loger dans un foyer de groupe plus traditionnel.

Elle ajoute que ces services spécialisés aideront à réduire les obstacles pour ces jeunes, tout en les préparant à leur avenir.

Pour financer ce projet, le gouvernement de la Saskatchewan dit investir plus de 130 000 $ pour 2021-2022 et près de 669 000 $ pour l’année suivante.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !