•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Augmentation du prix de l’essence : les impacts se font sentir dans la région

Gros plan sur un pistolet à essence inséré dans l'orifice de remplissage du réservoir d'une voiture dans une station-service.

Le prix à la pompe oscillait autour de 1,82 $ le litre mardi en Outaouais (Archives).

Photo : CBC / Matthew Howard

Radio-Canada

Le prix du pétrole a explosé au cours des dernières semaines, au grand dam des consommateurs. Mais la pression se fait aussi sentir dans d'autres secteurs dans la région.

Mardi, en Outaouais, le prix à la pompe oscillait aux alentours de 1,82 $ le litre, une augmentation considérable comparativement à jeudi dernier, alors qu'il était moins cher de près de 20 cents.

Cette hausse pèse lourd dans le budget familial de Jessica-Tina Sarazin, mère de deux enfants. Sa facture d'essence est passée de 50 $ à 70 $.

Une femme accorde une entrevue à l'extérieur.

La facture d'essence hebdomadaire de Jessica-Tina Sarazin, une mère de famille de l'Outaouais, est passée de 50 $ à 70 $.

Photo : Radio-Canada

J’ai les moyens [de dépenser] ces 20 $ de plus et d’augmenter mon budget, mais je ne trouve pas que c’est une bonne solution. Je n’aime pas ça, donc je planifie plus, je dois plus me concentrer pour faire des choix, dit-elle.

L'augmentation fulgurante du prix de l'essence est entre autres liée au conflit entre l'Ukraine et la Russie, ce dernier pays étant l'un des plus grands producteurs de pétrole au monde.

Pression sur le prix des aliments

Mais l’impact du prix du pétrole ne se résume pas au plein de sa voiture. Son panier d’épicerie lui coûte aussi plus cher, a constaté Mme Sarazin.

C’est sûr que les prix réguliers ont énormément augmenté, mais les rabais sont cycliques. Donc j’attends toujours que ça soit en rabais pour acheter, raconte-t-elle.

Le rayon du pain tranché d'une épicerie.

Le rayon du pain tranché d'une épicerie (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Kelly Clark

Le coût des aliments suit aussi une tendance à la hausse, comme le pétrole, en raison du transport, un facteur important pour déterminer le prix des produits, explique Sylvain Charlebois, directeur du laboratoire de sciences analytiques en agroalimentaire à l'Université Dalhousie.

Avec le conflit en Ukraine, on se rapproche drôlement du 7 % [d’augmentation du prix des aliments], remarque M. Charlebois. Si le conflit persiste, on pourrait voir les produits à base de grains être affectés d’ici trois à six mois.

Un homme avec des lunettes devant un panneau portant le nom de l'Université Dalhousie.

Sylvain Charlebois directeur du laboratoire de sciences analytiques en agroalimentaire à l'Université Dalhousie.

Photo : Elvis Nouemsi Njiké

Ce sera, par la suite, au tour des produits animaliers comme la viande ou les œufs d’atteindre des sommets, croit l'expert. On le voit déjà, le bœuf, le porc augmentent tranquillement pas vite, souligne-t-il.

Il note même que cela pourrait mener jusqu'à des pénuries de certains aliments.

Le secteur des transports directement touché

Le président-directeur général de la Fédération des transports par autobus, Luc Lafrance, parle d’un impact majeur sur l’ensemble des opérations en matière de transport scolaire, interurbain, et même pour le transport nolisé touristique qui reprend graduellement.

Un autobus apparaît dans un rétroviseur.

La flambée des prix de l'essence affecte les transporteurs (Archives).

Photo : Radio-Canada / Martin Chabot

Tout dépendant du secteur d’activité, de manière générale, je dirais que la hausse représente 50 % d’augmentation des coûts d’opération des transporteurs, souligne M. Lafrance. En termes de dépenses d’opération, la deuxième dépense la plus importante, c’est le carburant.

Ce dernier indique d’ailleurs que des transporteurs interurbains ont logé des demandes au sein de la Commission des transports du Québec pour majorer le prix de leurs tarifs.

Vers un virage électrique ?

Le directeur général de Hawkesbury Hyundai, Claude Chabot, constate un engouement pour les voitures électriques ou hybrides. Sur les quatre véhicules qu’il a vendus samedi dernier, trois étaient électriques, témoigne-t-il.

Un homme accorde une entrevue à la caméra devant une voiture.

Claude Chabot, directeur général de Hawkesbury Hyundai, dans l'est ontarien

Photo : Radio-Canada

Dans le passé, on avait moins de clients qui entraient et qui s’informaient pour les véhicules hybrides. C’est sûr que depuis la COVID-19, on voit une augmentation [de l’intérêt], et avec l’augmentation de l’essence, plus que jamais, les gens s’informent sur les véhicules électriques, constate M. Chabot.

Mais le prix à la pompe ne va pas précipiter le virage vers les voitures électriques à court terme, selon George Iny, directeur de la protection des automobilistes (APA), puisqu’il y a une carence de ce type de véhicule.

Un homme accorde une entrevue par visioconférence.

George Iny, directeur de la protection des automobilistes (Archives)

Photo : Radio-Canada

On croit qu’au niveau des achats, le fait qu’il n’y a pas assez de véhicules et que les manufacturiers construisent [déjà] au maximum avec l’inventaire de pièces [disponibles actuellement], ça ne changera pas la donne, note M. Iny.

Ce dernier rappelle que ce n’est pas les premières hausses marquées du prix de l’essence, et que l’histoire a démontré que les consommateurs ont tendance à retourner rapidement à leurs anciennes habitudes.

Quand il y a eu des augmentations importantes [du prix de l’essence], on a remarqué un ralentissement de la demande des gros véhicules. Ça durait peut-être deux ou trois mois, et quand le prix commençait à descendre ou même à se stabiliser à un nouveau plancher plus haut, les gens revenaient à leurs vieilles habitudes, poursuit-il.

Avec les informations de Rémi Authier et Nafi Alibert et Denis Babin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !