•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les femmes ne représentent que le quart de l’équipe canadienne aux Jeux paralympiques

Chargement de l’image

Mollie Jepsen, membre de l'équipe du Canada, remporte la médaille d'or à l'épreuve de descente en paraski alpin en position debout aux Jeux paralympiques de Pékin.

Photo : Getty Images / Alexander Hassenstein

Radio-Canada

Alors que les réussites des femmes de tous les secteurs sont soulignées à l’occasion de la Journée internationale des femmes, une professeure de l’Université de la Colombie-Britannique souligne que la parité des sexes aux Jeux paralympiques de Pékin est loin d’être atteinte.

L’équipe d’athlètes qui représentent le Canada aux Jeux paralympiques actuellement est composée de 48 personnes, incluant les guides. Sur ce nombre, seules 13 sont des femmes, soit 27 % de l’équipe canadienne.

Le Comité international paralympique était fier d’annoncer la participation de 138 athlètes féminins aux Jeux de Pékin. Les femmes représentent ainsi 24 % des 564 athlètes aux Paralympiques de 2022.

Parité des athlètes

Chargement de l’image

Natalie Wilkie a gagné trois médailles aux Jeux paralympiques de Pyeongchang.

Photo : Reuters / ISSEI KATO

Andrea Bundon, professeure agrégée à l’Université de la Colombie-Britannique, étudie le fossé entre les genres aux Jeux paralympiques. Elle a puisé, entre autres, dans ses expériences comme guide pour les athlètes paralympiques de ski paranordique ayant une déficience visuelle, comme Courtney Knight, à Whistler, en 2010, et Margarita Gorbounova, à Sotchi, en Russie, en 2014.

J’étais l'une des deux seules femmes guides à Sotchi, même si c’était une compétition pour femmes , explique Andrea Bundon.

« Je me suis donc demandé pourquoi il y a si peu de femmes athlètes, entraîneuses, gérantes, ou techniciens en farts pour ski? »

— Une citation de  Andrea Bundon, professeure agrégée à l’Université de la Colombie-Britannique

Il y avait à l’origine 14 femmes dans l’équipe canadienne aux Paralympiques de Pékin, mais une skieuse a dû se retirer des compétitions de ski para-alpin en raison d’une blessure.

Compétitions mixtes

Chargement de l’image

Ina Forrest est encore athlète à 59 ans.

Photo : Comité paralympique canadien

Aux Jeux paralympiques de Pékin, il y a actuellement 39 épreuves dont l'issue détermine les détenteurs de médailles pour les hommes, 35, pour les femmes, et 4 épreuves mixtes.

Andrea Bundon ne croit pas que l’organisation des épreuves mixtes favorise nécessairement le nombre de femmes qui participent à des Jeux paralympiques. Cela équilibre le nombre de médailles à remporter par les femmes et les hommes, mais cela n’ajoute pas de places dans l’équipe canadienne , affirme-t-elle. On utilise des athlètes qui sont déjà sur place. La même athlète va faire une course de plus.

Recrutement

Chargement de l’image

L'athlète Brittany Hudak veut remporter une nouvelle médaille pour le Canada aux Jeux paralympiques d'hiver.

Photo :  Brittany Hudak

Le Comité paralympique canadien a un programme de recrutement, « Paralympiens recherchés », dans lequel des athlètes participent à des épreuves de force, de rapidité et d’endurance pour voir quels sports paralympiques leur conviendraient.

Mais nous avons réalisé que beaucoup de femmes et de jeunes filles ne participaient pas au programme de recrutement , explique Karen O’Neill, la présidente du Comité paralympique canadien.

Un projet pilote pour attirer des femmes athlètes, qui a été tenu virtuellement en 2021 en raison de la pandémie, a attiré 30 candidatures, précise Karen O’Neill.

En raison de cette expérience et de l’intérêt suscité, nous avons compris qu’il faut poursuivre dans cette voie [le recrutement de femmes], ajoute la présidente.

La présidente du Comité paralympique canadien croit qu'une candidature de Vancouver pour les Jeux d’hiver de 2030 pourrait inciter le Canada à faire valoir la participation des femmes aux Jeux paralympiques, à augmenter la visibilité pour leurs épreuves et à investir dans ce domaine au cours des huit prochaines années.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !