•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des ambulanciers en grève pour réclamer la fin des horaires de faction

Chargement de l’image

Les ambulanciers de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec membres de la CSN veulent déclencher une grève le 16 mars.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Chargement de l’image

Les ambulanciers de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec membres de la CSN déclencheront une grève dès le 16 mars.

Les ambulanciers, sans convention collective depuis le 31 mars 2020, exigent notamment la fin des horaires de faction, qui sont encore en vigueur dans les secteurs de Malartic, Amos et Ville-Marie.

Harold Lavoie, représentant du syndicat des paramédics de l'Abitibi-Témiscamingue Nord-du-Québec, affirme que les horaires à l'heure sont plus sécuritaires pour la population.

Les horaires à l’heure sauvent des vies. Je les répète, ça sauve des vies, les horaires à l’heure. Lors des horaires de faction, ils [les ambulanciers] sont à la maison et ne sont pas prêts à répondre aux appels. L’hiver, quand il fait -30, ça prend 10, 15 minutes. Ce n'est pas la faute des ambulanciers. Ils sont à la maison et doivent attendre. Il faut abolir ça, insiste-t-il.

Chargement de l’image

Harold Lavoie, représentant du Syndicat des paramédics de l'Abitibi-Témiscamingue-Nord-du-Québec.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Avec les horaires de faction, les ambulanciers doivent demeurer disponibles 24 heures sur 24 pendant 7 jours, à partir de leur domicile.

Pour cette grève, le syndicat prévoit intensifier les moyens de pression sur le plan administratif, en espérant que le gouvernement entendra leurs revendications. Harold Lavoie assure que les services de soins à la population seront maintenus à 100 %.

Les ambulanciers demandent aussi une hausse de salaire, qui se rapprocherait de celui des autres services d’urgence.

Dans les services d’urgence, ce sont les ambulanciers qui sont les moins payés si on compare ça aux policiers et aux pompiers, affirme Harold Lavoie.

Chargement de l’image

Les ambulanciers réclament la fin des horaires de faction, de meilleures conditions de travail et une hausse de salaire.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Présentement, le salaire le plus élevé que peut atteindre un ambulancier se situe à environ 35 $ par heure.

Que ce soit les soins infirmiers, les soins préhospitaliers d’urgence, la sécurité incendie ou la technique policière, ce sont tous des choix qui se font au Cégep. Quand les étudiants vont arriver et qu’ils voient les différences de condition de travail, il y a peu de chances qu’ils choisissent les soins préhospitaliers d’urgence, ce qui est déplorable, se désole Félix-Antoine Lafleur, président du Conseil central de l'Abitibi-Témiscamingue Nord du Québec pour la CSN.

Une rencontre de négociations est prévue mercredi en présence du conciliateur du ministère du Travail. Les ambulanciers négocient leur convention collective avec le Conseil du Trésor.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !