•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

T.N.-O. : la reprise des vols et des réservations réjouit le secteur du tourisme

Chargement de l’image

Les touristes sont à nouveau autorisés à entrer aux T.N.-O., mais doivent présenter un plan d'auto-isolement. (Archives)

Photo : CBC

À partir du 1er juin, Air Canada rétablira ses vols quotidiens entre Yellowknife et Vancouver ainsi qu’à destination d’Edmonton. Cette reprise des vols est attendue par le secteur du tourisme des Territoires du Nord-Ouest qui mise sur la récente réouverture du territoire aux touristes et sur la fin espérée des mesures sanitaires à la fin du mois.

Pour la présidente-directrice générale de NWT Tourism, Donna Lee Demarcke, l’heure est à l’enthousiasme, après deux années très difficiles. Nous allons voir plus de vols et plus de fréquence, explique-t-elle, et c'est un soulagement, car cela est difficile [s'il n’y a] pas les vols en place pour que les gens puissent venir visiter les T.N.-O.

Du côté d’Air North, les vols entre Whitehorse, Yellowknife et Ottawa reprendront le 30 avril jusqu'au 10 septembre. La nouvelle liaison Whitehorse, Yellowknife,Toronto sera lancée du 10 mai au 6 octobre.

À partir du 2 mai, WestJet offrira un vol quotidien de Yellowknife à Edmonton au lieu de deux vols par semaine. Canadian North explique quant à elle que l’augmentation de ses vols avait été prévue avant l’annonce de la suppression des restrictions, avec par exemple l’ajout d'un vol vers la vallée du Mackenzie le dimanche.

Si l’accès aux 33 collectivités du territoire devrait être facilité dans les semaines à venir, Mme Demarcke remarque qu'il faudra un certain temps pour revenir [aux] niveaux [touristiques] d'avant la pandémie. Malgré une demande réelle, l'hésitation perdure sur les voyages, selon elle, notamment à cause des règles pour venir aux T.N.-O.

Pour l’instant, il faut toujours remplir un plan d’auto-isolement pour entrer sur le territoire.

C'est une restriction réelle, explique-t-elle. Les gens ne la comprennent pas vraiment, surtout si vous venez de l'extérieur des T.N.-O., car partout ailleurs au Canada, vous pouvez voyager d'une province à l'autre sans avoir à remplir ce formulaire.

Le retour des touristes étrangers

Si l’urgence de santé publique est levée comme prévu début avril, et donc avec elle le besoin d’un plan d'auto-isolement, alors oui, nous pensons que nous verrons plus de visiteurs, assure Mme Demarcke.

Chez certains opérateurs, la saison estivale est déjà complètement réservée à cause des reports de la saison 2020. Mais cela dépend vraiment de chaque opérateur, certains sont certainement à la recherche de visiteurs, explique-t-elle. Avant la pandémie, les touristes étaient surtout des Canadiens et ces derniers devraient à nouveau constituer la majorité des voyageurs.

Chargement de l’image

Les aurores boréales sont un atout majeur du secteur touristique du territoire.

Photo : Aurora Village

La directrice des ventes et du marketing de Blachford Lake Lodge, Katherine Johnson, explique que l'établissement, situé à 100 kilomètres à l’est de la capitale et accessible en hydravion l’été, a dû s’adapter pendant la pandémie et se concentrer sur le séjour des Ténois.

Nous avons été si reconnaissants envers nos invités locaux qui ont permis la survie du lieu, explique Katherine Johnson, mais la réouverture des frontières « est juste géniale. »

La saison automnale, de la mi-août à la mi-octobre, est presque entièrement réservée. Je pense qu'il ne nous reste qu'environ cinq options de dates, détaille-t-elle. Les réservations sont encore possibles pour l’été avec notamment des disponibilités pour des escapades de pêche.

Et cette fois-ci, des visiteurs étrangers sont sur les listes. Nous avons des invités venant du Canada, des États-Unis, d'Australie, se réjouit la directrice des ventes.

Mais les réservations n’effacent pas deux ans d’adaptation constante et de vagues successives.

« Nous sommes tous heureux [car] les frontières s'ouvrent, mais nous sommes tous encore un peu sur les nerfs. »

— Une citation de  Katherine Johnson, directrice des ventes et du marketing, Blachford Lake Lodge
Chargement de l’image

Sur cette image, des touristes observent la vue qui surplombe la ville de Yellowknife, du haut du point de vue du Bush Pilot’s Monument.

Photo : Radio-Canada / Darren Bernhardt

Évaluer l’état du secteur touristique

Pour comprendre l’état du secteur, NWT Tourism a envoyé une enquête à ses 200 membres lundi. Les résultats devraient être compilés mi-avril. La réouverture de la frontière aux voyages d'agrément a permis de redonner vie à certains membres même si d'autres entreprises n'ont pas survécu jusqu'à cette reprise.

« Nous avons en quelque sorte une lumière au bout du tunnel pour [nos membres] afin qu'ils puissent recommencer à reconstruire leur entreprise. »

— Une citation de  Donna Lee Demarcke, présidente-directrice générale, NWT Tourism

Malgré l’épuisement lié à une période très difficile, Donna Lee Demarcke veut se concentrer sur « l’espoir » et l'envie de regarder vers l'avenir. La fermeture des frontières a eu un impact énorme sur l'industrie du tourisme, souffle Katherine Johnson.

Un impact dont l'étendue devrait être détaillée dans l'enquête de NWT Tourism au printemps.

Selon le ministère de l'Industrie, du Tourisme et de l'Investissement, plus de 120 000 personnes ont visité les Territoires du Nord-Ouest en 2018-2019.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !