•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : nouvelles différences génétiques identifiées chez les cas graves

Deux employés de la santé travaillent dans une unité de soins intensifs.

L'étude pourrait aider les chercheurs à mettre au point des traitements pour les patients atteints de formes sévères de la maladie.

Photo : getty images/istockphoto

Reuters

Des scientifiques ont identifié 16 nouvelles variations génétiques chez des personnes ayant développé une forme grave de la COVID-19 dans une vaste étude publiée lundi, ce qui pourrait aider les chercheurs à élaborer des traitements pour les patients atteints de formes sévères de la maladie.

Les résultats suggèrent que ces personnes ont des gènes qui les prédisposent à ne pas pouvoir limiter soit la capacité du virus à se répliquer, soit l'inflammation excessive et la coagulation du sang.

Les scientifiques ont déclaré que leurs découvertes, publiées dans la revue Nature (Nouvelle fenêtre), pourraient aider à classer par ordre de priorité les traitements susceptibles de fonctionner contre la maladie.

Cette découverte pourrait même, à terme, aider à prédire quels patients pourraient souffrir de formes sévères de la maladie.

« Il est possible qu'à l'avenir nous soyons en mesure de faire des prédictions au sujet des patients en fonction de leur génome lorsqu'ils sont pris en charge aux soins intensifs. »

— Une citation de  Kenneth Baillie, consultant en médecine des soins intensifs à l'Université d'Édimbourg et l'un des auteurs de l'étude

L'analyse génétique de près de 56 000 échantillons de personnes en Grande-Bretagne a révélé des différences dans 23 gènes chez les patients atteints de la COVID-19 qui sont tombés gravement malades, par rapport à l'ADN d'autres groupes inclus dans l'étude, dont 16 différences qui n'avaient pas été répertoriées auparavant.

Ces nouvelles découvertes pourraient guider les scientifiques dans leur recherche de médicaments existants qui pourraient être utiles pour traiter la maladie.

Par exemple, les chercheurs ont trouvé des changements dans des gènes clés régulant le niveau du facteur VIII, une protéine qui intervient dans la formation des caillots sanguins.

« La coagulation du sang est l'une des principales raisons pour lesquelles les patients atteints de la COVID-19 développent un manque d'oxygène. Il est donc possible de cibler cette protéine pour empêcher la formation de ces caillots. »

— Une citation de  Kenneth Baillie

Nous ne pouvons [toutefois] pas savoir si ces médicaments fonctionneront avant de les tester sur des personnes, a-t-il ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !