•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éduquer les enfants tôt pour prévenir la traite des personnes

Une classe d'école primaire.

Depuis janvier 2022, tous les conseils scolaires de l’Ontario doivent avoir un plan pour lutter contre le trafic de personnes dans leurs écoles. (Archives)

Photo : Associated Press / LAURENT GILLIERON

Radio-Canada

Un organisme sudburois se rendra dans les écoles primaires et secondaires de la région au cours des prochains mois pour animer des ateliers de sensibilisation sur la traite des personnes.

L'âge moyen des personnes recrutées à des fins d'exploitation sexuelle en Ontario est de 13 ans, selon le gouvernement provincial.

Depuis janvier 2022, tous les conseils scolaires de l’Ontario doivent avoir un plan pour lutter contre le trafic de personnes dans leurs écoles.

Il faut commencer à en parler tôt, selon la directrice de l’organisme Angels of Hope Against Human Trafficking, Cristina Scarpellini.

Cristina et son chien.

Cristina Scarpellini a côtoyé les réalités de la traite de personnes lorsqu'elle était plus jeune, ce qui l'a poussée à créer l'organisme Angels of Hope Against Human Trafficking en 2015.

Photo : Angels of Hope Against Human Trafficking

Nous avons créé deux ateliers différents: un pour les enfants, et un pour les adolescents, précise-t-elle.

« On va se rendre dans des écoles françaises et anglaises qui veulent bien nous avoir. »

— Une citation de  Cristina Scarpellini, directrice de l'organisme Angels of Hope Against Human Trafficking

Le premier atelier aura lieu à l'école primaire Holy Cross le 23 mars prochain.

Nous n’allons pas aborder explicitement la traite de personnes avec eux étant donné leur âge, mais nous allons faire des activités pour bâtir la confiance en soi, explique Mme Scarpellini.

« Nous devons remonter le courant pour comprendre pourquoi les gens sont tombés dans la rivière en premier lieu, si vous voyez ce que je veux dire. »

— Une citation de  Cristina Scarpellini, directrice de l'organisme Angels of Hope Against Human Trafficking

On veut que les enfants soient outillés pour dire non, poursuit-elle. On veut qu’ils soient en mesure d’identifier une situation problématique, et d’avertir un adulte de confiance.

L’atelier dure quelques heures et consiste en une lecture d’un livre sur l’importance de la confiance en soi, suivi d’une activité de créativité dans laquelle l’élève peut préparer un texte, une mise en scène, une œuvre d’art.

Un atelier conçu pour les élèves du secondaire

Au secondaire, l’atelier touche plus explicitement aux enjeux liés à la traite de personnes.

Notre présentation explique quelles stratégies sont employées pour leurrer les victimes, quels signes avant-coureurs à surveiller, et beaucoup plus, explique Mme Scarpellini, également une survivante de la traite des personnes.

« Ils ont l’âge d’avoir ces conversations. Les survivants de la traite de personnes de Sudbury sont âgés de 12 et 27 ans. »

— Une citation de  Cristina Scarpellini, directrice de l'organisme Angels of Hope Against Human Trafficking

Le gouvernement provincial a financé ce projet de l’organisme Angels of Hope Against Human Trafficking dans le cadre d’un investissement pour améliorer les services aux victimes de crimes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !