•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aide de 132 000 $ pour la recherche en transformation des produits forestiers

Chargement de l’image

Le SEREX utilisera cet argent afin d'acheter de l’équipement pour tester des produits d'emballage (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Radio-Canada

Le Service de recherche et d’expertise en transformation des produits forestiers (SEREX), affilié au Cégep de Rimouski, obtient une aide financière de 132 000 $ de la part de Développement économique Canada.

Le SEREX est un centre collégial de transfert technologique situé à Amqui qui se spécialise dans la valorisation des produits forestiers.

Le financement obtenu va permettre d'embaucher une personne supplémentaire et d'acheter de l’équipement pour tester des produits d'emballage avec des PME de la région, selon le directeur général du SEREX, Patrick Dallain.

Cette aide financière va nous permettre d’acheter un équipement qui s’appelle un banc de test mécanique, qui va nous permettre de mesurer la capacité portante de différentes sortes d’emballages. On vise en particulier à mesurer la capacité des palettes de manutention moulées, qui sont de plus en plus populaires ces temps-ci et qui sont fabriquées à partir de résidus de scierie ou d’autres matières recyclées, indique-t-il.

Chargement de l’image

En 2018, le SEREX avait célébré ses 20 ans avec des travaux d'envergure.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

La semaine dernière, le SEREX a obtenu 780 000 $ de la Fondation canadienne pour l'innovation ainsi que du ministère de l'Économie et de l'Innovation pour acheter huit appareils qui servent à transformer la biomasse en énergie.

Patrick Dallain explique que divers procédés qui permettent de produire de l'électricité ou de faire fonctionner de l'équipement sont à l'essai.

Si on veut aller plus loin dans la transformation, on peut faire, à partir de la biomasse, un charbon biologique qui s’appelle du biochar. On peut faire de l’huile, qui ressemble un peu à de l’huile brute de pétrole. On peut aussi faire un gaz qui peut être utilisé dans des procédés. Ce sont trois sources d’énergie qui peuvent être produites à partir de la biomasse, mais il n’y a pas beaucoup d’exemples de ça présentement au Québec et au Canada, ça commence seulement. Au niveau de la recherche, on veut vraiment évaluer ces procédés, raconte-t-il.

Le SEREX emploie actuellement une vingtaine de travailleurs à temps plein en plus des enseignants et des étudiants du Cégep de Rimouski qui y collaborent. Deux employés se sont joints à l'équipe depuis les Fêtes.

Avec les informations de Caroline Cyr

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !