•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec est prêt à recevoir des Ukrainiens déplacés par la guerre

Jean Boulet, ministre de l'Immigration du Québec.

Le gouvernement va aussi accélérer le traitement des demandes d’immigration temporaire pour les Ukrainiens qui veulent s’établir dans la province, a annoncé le ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, Jean Boulet.

Photo : Radio-Canada / MICHELINE LAFLAMME

Impossible de dire quand les premiers Ukrainiens qui fuient les assauts de l’armée russe arriveront au Québec, mais tout est prêt pour les accueillir.

Les bras des Québécois sont grands ouverts, a déclaré le ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, Jean Boulet, dans une entrevue aux Coulisses du pouvoir.

La société est mobilisée. Villes, MRC, organisations sans but lucratif et groupes communautaires sont à pied d'œuvre pour accueillir ces ressortissants, selon le ministre.

C’est sans compter la communauté ukrainienne du Québec, qui compte 42 500 personnes. Plusieurs d’entre elles ont exprimé le désir de faire venir leurs proches en attendant la fin du conflit. Elles pourront donc parrainer leurs enfants, leurs parents, leurs grands-parents ou leur conjoint.

Le gouvernement va aussi accélérer le traitement des demandes d’immigration temporaire pour les Ukrainiens qui veulent s’établir dans la province. Les nouveaux arrivants bénéficieront d’un permis de travail ou d'un permis d’étude d’au moins deux ans.

Guerre en Ukraine

Consulter le dossier complet

Un véhicule blindé est en feu, un corps gît dans la rue.

Difficile de dire dans quelles régions tous ces gens éliront domicile. Cela dépendra de leurs compétences, a expliqué le ministre. Ils vont pouvoir être accompagnés dans les régions où on a un programme d'aide et de soutien pour permettre à ces personnes-là d'aller dans des villes du Québec, dans des régions québécoises pour réintégrer le marché de l'emploi, parce que c'est souvent la meilleure voie leur permettant une certaine autonomie.

Le gouvernement s’appuiera sur un réseau de 95 organismes communautaires répartis partout au Québec pour accompagner les Ukrainiens dans les dédales administratifs. Ils les aideront à obtenir la carte d’assurance maladie ou le permis de conduire, à trouver un logement ou à inscrire leurs enfants à l’école.

Les ressortissants auront également accès aux services de francisation. On va s'assurer que ces personnes-là aient les outils linguistiques qui leur permettront de faire le parcours qui s'impose non seulement pour être bien accueillies mais aussi pour être bien intégrées à la société, à la communauté d'accueil, puis éventuellement pour intégrer le marché de l'emploi, a indiqué Jean Boulet.

Aucune limite n’a été fixée quant au nombre d’Ukrainiens que le Québec admettra. Mais le ministre assure que la qualité de l’accueil ne sera pas compromise.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.