•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

Consultations sur le tramway : le début d’une conversation

Ce secteur du boulevard René-Lévesque à Québec sera transformé en rue partagée dans le cadre du projet de tramway.

Ce secteur du boulevard René-Lévesque à Québec sera transformé en rue partagée dans le cadre du projet de tramway.

Photo : Radio-Canada

Beaucoup d'informations et peu de consultations pour les premières séances organisées par l'administration Marchand

La Ville de Québec vient de lancer une vaste série de consultations sur son projet de tramway. L'objectif de la nouvelle administration est de reprendre le dialogue avec les citoyens pour susciter une nouvelle adhésion. Signe encourageant pour le maire Bruno Marchand : plus de 700 personnes se sont inscrites aux diverses séances.

À l'évidence, ce projet avait nettement besoin d'être réexpliqué, et les choix, de nouveau justifiés. Même si l'administration Marchand reprend essentiellement le projet de l'administration précédente, il reste que celui-ci a subi plusieurs transformations depuis un an.

La rue partagée sur René-Lévesque est un concept qui demeure un peu abstrait pour les citoyens. Transformer un boulevard en rue destinée à la circulation locale, c'est tout un changement.

Plusieurs fois lors des séances, les membres du Bureau de projet ont patiemment énuméré les avantages du tramway par rapport au service d'autobus. Ils ont rappelé les objectifs d'une rue partagée et tenté de rassurer les citoyens sur les effets de l'abattage d'arbres le long du parcours.

C'est un peu le retour à la case départ.

Préoccupations

Tant les commerçants que les résidents avaient des questions bien précises sur les effets de l'arrivée du tramway dans leur quartier. La Ville avait toutefois peu de réponses à leur offrir.

On sait que 80 % des voitures qui empruntent le boulevard René-Lévesque à l'heure actuelle vont opter pour la Grande Allée et qu'il y aura une augmentation de 11 % du débit de voitures dans les petites rues du quartier Montcalm. Des questions en matière de sécurité et de qualité de vie ont été soulevées.

Dans les réponses du Bureau de projet, on décèle qu'il y aura beaucoup d'ajustements à la fois pour les résidents et pour les commerçants. La Ville promet une étude de la circulation pour trouver des solutions aux embûches. C'est à cette étape, dit-elle, que les citoyens seront appelés à collaborer.

La véritable consultation est donc pour plus tard. On va chercher des mesures de mitigation à l'intérieur de paramètres qui auront déjà été définis.

Sentiment de déjà vu

Pour les détracteurs du projet, l'exercice des derniers jours n'aura pas suffi à convaincre du véritable désir de la Ville d'écouter les citoyens.

Toutes les questions qui remettaient en doute le tramway comme mode de transport ou encore le nombre de stations ont été balayées du revers de la main. La conseillère responsable du projet, Maude Mercier Larouche, a été claire d'entrée de jeu : il est trop tard pour espérer modifier le tracé.

La colère et la frustration de certains citoyens étaient perceptibles, même si les séances se sont déroulées en mode virtuel.

Une tendance inversable?

L'administration Marchand est fière de cet exercice, mais il reste difficile de mesurer l'enthousiasme des citoyens du quartier Montcalm. Les questions et les enjeux sont nombreux. L'arrivée du tramway va bousculer leurs habitudes.

Le sondage réalisé par l'administration Marchand au début de l'année démontre que l'appui au projet a diminué à 41 % et que le scepticisme s'est installé dans tous les quartiers de la ville.

Est-ce que tout est en place pour inverser cette tendance? Rappelons que les projets de transport collectif rallient rarement plus de la majorité des citoyens.

Ce n'est que le début de la conversation avec les citoyens.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !